AFFAIRE EPSTEIN – Des agents de correction ont été assignés à comparaître dans l’enquête sur la mort de Jeffrey Epstein

Des enquêteurs fédéraux à New York ont ​​émis des assignations à comparaître concernant un grand nombre d’agents de correction de la prison où Jeffrey Epstein était incarcéré avant son suicide, plus tôt ce mois-ci, selon une source informée de la situation.

Les assignations à comparaître, qui ont été envoyées vendredi 16 août à 20 membres du personnel du Metropolitan Correctional Centre, représentent une nouvelle étape importante dans ce qui semble être une enquête criminelle sur les agents pénitentiaires responsables de la détention d’Epstein.

Le suicide d’un des plus importants détenus fédéraux aurait profondément irrité les plus hauts responsables du ministère de la Justice.
Les enquêteurs du FBI et du bureau de l’inspecteur général du ministère de la Justice ont enquêté sur les circonstances qui y ont conduit.

Le mercredi 21 août, le procureur général William Barr a déclaré aux journalistes que les enquêtes allaient bon train mais avaient été retardées car de nombreux témoins « ne coopéraient pas » et avaient « demandé à avoir des représentants syndicaux et des avocats avant de pouvoir organiser des auditions ».
Les procureurs ont offert aux agents de correction la possibilité de se présenter volontairement à une audition, mais les agents ont refusé de le faire sans une forme d’immunité qui les protégerait d’une exposition criminelle, a déclaré la source.


S’ils sont interrogés devant un grand jury, certains agents de correction invoqueront probablement leur droit en vertu du Cinquième amendement de refuser les témoignages auto-incriminants, a indiqué la source.
Le ministère de la Justice a refusé de commenter les enquêtes jeudi.

Depuis la mort d’Epstein, de nombreuses erreurs de gestion ont été signalées à propos de l’immense installation pénitentière de Manhattan.
Barr à cité des « graves irrégularités » et un « échec à assurer de manière adéquate » la surveillance d’Epstein de la part de la prison.

Par ces assignations à comparaître, les procureurs espèrent que les sous-officiers responsables du bloc de cellules d’Epstein révelleront quelles furent les rondes qui ont été effectuées pour contrôler les prisonniers ce soir-là et savoir comment ce sont déroulé les relais des équipes précédentes.
Cherchant ainsi à reconstituer le derniers moments du détenu, a déclaré la source.
Les assignations à comparaître sont le signe le plus clair à ce jour que certains des geôliers pourraient faire l’objet de poursuites pénales pour leurs actes cette nuit-là.

« Le fait qu’il s’agisse d’une enquête par un grand jury signifie qu’ils enquêtent bien sur un crime spécifique. »
« Cela m’indique que ce n’est plus un simple, rassemblons les morceaux et faisons un rapport comme le ferait normalement un inspecteur général », a déclaré Elie. Honig, ancien procureur fédéral et analyste juridique de CNN.

Epstein n’avait pas été contrôlé depuis plusieurs heures avant son suicide, a rapporté CNN, et les gardes responsables de sa surveillance cette nuit-là pourraient être exposés à des charges criminelles s’ils falsifiaient des dossiers démontrant qu’ils avaient bien effectué les vérifications toutes les 30 minutes, comme requis.

La question se pose également de savoir pourquoi Epstein a été laissé seul dans sa cellule cette nuit-là, malgré une tentative de suicide apparemment antérieure le mois précédent.
Suite au premier incident, quand Epstein a été retrouvé avec des marques sur le cou, les responsables du Bureau des prisons ont déterminé qu’il avait tenté de simuler un suicide et ils ont signaler une infraction contre lui, laquel devait servir à inscrire l’événement sur son casier judiciaire interne.

Une autre personne au courant de la situation a confié à CNN que des responsables de la BOP avaient minimisé l’incident auprès des assistants du bureau du Procureur de Manhattan, chargé de juger son affaire de trafic à caractère sexuel, affirmant que la tentative d’Epstein n’avait pas été sérieuse.

Dans des documents judiciaires déposés cette semaine à New York, l’avocat d’un homme new-yorkais qui avait partagé la cellule d’Epstein lors du premier incident, a déclaré que son client était un « témoin critique » de la « tentative de suicide » d’Epstein.

CNN a rapporté la semaine dernière que l’homme en question, Nicholas Tartaglione, avait été déplacé avant la tentative de suicide d’Epstein et qu’il était l’une des premières personnes interrogées par les agents du FBI.

Jeudi, Barr a assermenté le nouveau directeur du Bureau des prisons lors d’une cérémonie privée au ministère de la Justice, quelques jours après avoir annoncé qu’il destituait le directeur par intérim de l’agence, en poste depuis l’année dernière.

Kathleen Hawk Sawyer, une psychologue, avait occupé le poste de directrice de la BOP pendant plus de dix ans, suite à sa nomination en 1992 par Barr, alors dans son premier mandat de procureur général.

Barr a demandé à Hawk Sawyer de reprendre son ancien poste, lors d’une réunion vendredi, alors que les détails du dysfonctionnement du MCC s’accumulaient.

Hawk Sawyer a accepté le poste, car elle considére Barr comme une personne qui comprend bien les problèmes du système pénitentiaire fédéral et peut lui fournir un soutien supplémentaire alors qu’elle tente de les réformer, a déclaré une personne familière avec sa décision.
Barr a confirmé mercredi les aptitudes de sa nouvelle directrice, affirmant qu’il avait « travaillé étroitement avec elle » quand ils étaient tous deux au gouvernement. »Je suis persuadé qu’elle sera en mesure de remédier aux carences de gestion ou d’exploitation du bureau », a-t-il déclaré.

Une version antérieure de l’affaire rapportait à tort qu’Epstein était en alerte suicide au moment de son décès.

Source: Erica Orden et Jason Hanna CNN

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :