Fin du G7 – Entre le «On a formidablement réussi ce sommet, la France a rayonné» et le «il n’y a pas eu de mort à déplorer» en s’exprimant sur les violences subies par le mouvement des Gilets Jaunes, quel est le bilan ?

De la conférence de presse donnée par le duo Macron-Trump que faut-il retenir ?

– Un sommet « prolifique » : les deux chefs d’Etat sont d’accord sur l’intérêt de leurs réunions que tous les deux décrivent comme très constructives et intéressantes.
– Des avancées sur l’Iran (l’invité surpise) , notamment avec Emmanuel Macron qui évoque son souhait d’un sommet entre Rohani et Trump, et le président américain qui ne s’y oppose pas, sous certaines conditions toutefois. Macron nous fait le coup du « J’ai des amis iraniens » alors que Donald Trump en remet une couche sur l’actuel accord avec l’Iran .
– Un accord pour moderniser les règles fiscales internationales en 2020, avec en ligne de fond les fameuses taxes GAFA.
L’Amazonie relégué au second plan ? C’est la question que l’on peut se poser, avec une rapide intervention d’Emmanuel Macron, et finalement assez peu de concret. Seule la détermination de Donald Trump sur ce dossier a été mise en avant. « L’embrouille avec Bolsonaro et Emmanuel Macron peut peut-être expliquer cette non-mise au point. »
La chine et la portée de la guerre commerciale sur l’économie mondiale,
« Un accord peut être trouvé entre les deux premières puissances économiques », défend Emmanuel Macron, Donald Trump de déclarer en vainqueur « Je pense que la Chine est sincère dans sa volonté de trouver un accord »

Le G7, « enfin pas eux personellement mais leurs pays », vont attribuer une aide de 20 millions d’euros pour lutter contre les incendies en Amazonie

Sauf que dans les faits lutter contre les incendies est une bonne chose, sachant que face à la pression mise sur les accords du Mercosur, le Président Brézilien à réagit par un décret, autorisant à partir de samedi et pour une durée d’un mois les gouverneurs des États concernés à recourir aux moyens militaires pour « l’identification et la lutte contre les foyers d’incendie », ainsi que pour « des actions préventives et répressives contre les délits environnementaux ».
Des Canadairs ont commencé à intervenir sur les feux au cours du week-end, tandis que les incendies s’étendent depuis quelques jours à la Bolivie voisine.

Mais, car il y a toujours un mais, dans sa déclaration publique , Bolsonaro s’exprimant au niveau national, n’annonce aucune mesure concrète pour lutter contre la déforestation.
Il faut dire que depuis l’arrivée au pouvoir du leader d’extrême droite, en janvier dernier, les autorités brésiliennes ferment les yeux sur la déforestation du poumon amazonien, provoquée depuis des années par les lobbies de l’agriculture industrielle et de l’exploitation minière.

L’Institut national de recherche spatiale brésilien, l’INPE, a pourtant publié le 6 août des chiffres alarmants : au cours du mois de juillet 2019, 2 254 km² dans le pays ont été déboisés, contre 596,6 en juillet 2018soit une augmentation de 278 % sur un an.
La réaction politique a été immédiate : le directeur de l’Institut, Ricardo Galvão, a été limogé dans les jours qui ont suivi…

Malheureusement je ne me souviens pas avoir entendu de déclaration des membres de ce G7 soulevant ce problème, tout aussi dévastateur, pour le poumon vert de la planète!

Voyons maintenant du côté du contre-G7 et autres impliqués dans ce sommet.

Il suffit de relire mes articles de samedi et de dimanche, pour déjà se faire une bonne idée de la réaction mais soyons plus précis.

  • la Ligue des droits de l’Homme de l’Hérault dénonce l’arrestation de ses observatrices article dans FranceBLEU.FR
  • Amnesty France à dénoncer la manière dont ses observateurs ont été traités et entravés dans leurs fonctions par les forces de l’ordre.
  • Le Syndicat National des Journalistes SNJ publie un communiqué de presse dénonçant que la liberté de la presse à été entravée lors du G7 et invite les responsables politiques à relire la Constitution française et à la mettre en pratique.
  • Les commerçants ont eu à subir des pertes importantes « 80% de chiffre d’affaires en moins » par rapport au même week-end l’année dernière.
  • Quant aux manifestants de toutes tendances, ils s’accordent tous pour dénoncer une répression sans précedent et d’une extrême violence.

Le Président Macron, entre deux salves d’insultes avec son homologue Brésilien, fait alors son ultime bourde dans son inteview accordée à France 2 à l’issue du G7, questionné sur les « blessures inacceptables » subies par les manifestants, à l’image de sa réponse lors d’une rencontre avec Vladimir Poutine, Emmanuel Macron a estimé que les forces de l’ordre « ont fait un travail remarquable »
Nous avons « vécu une violence inédite qui a sidéré le monde entier, violence contre les forces de l’ordre par d’autres citoyens, une violence contre des symboles », a-t-il affirmé. « Il y a des blessés des deux côtés et ces blessures sont inacceptables », a-t-il ajouté.
Il a déclaré vouloir une « réflexion profonde » sur le maintien de l’ordre et appelant à « éradiquer la grande violence », qui est celle des « black blocs », selon lui.  
«Le pire a été évité», a déclaré Emmanuel Macron, «il n’y a pas eu de mort à déplorer».
Le président a toutefois évoqué le «jeune Steve»,  disparu le soir de la Fête de la musique après une charge policière et retrouvé mort dans la Loire, un «cas (…) aujourd’hui dans la main de la justice».
Il a aussi cité la «mort suspecte» de l’octogénaire décédée en décembre à Marseille après avoir été touchée par un tir de grenade lacrymogène.
Les «enquêtes administratives» ont «été lancées à chaque fois», a expliqué Emmanuel Macron.

Enquêtes administratives dont on doute déjà du résultat, au vu de la manière dont l’IGPN traite ses dossiers, ainsi que la façon qu’ont les syndicats de police, d’exercer une pression menaçante envers les Tribunaux.
il nous est permis de nous inquiéter de l’indépendance de la Justice Française.

Je déplore également qu’aucune question ne lui ait été posée quant à la politique de maintien de l’orde mise en place pour ce G7 et les nouvelles dérives policières qu’il à engendré.

©Darius Fawkes le 27 août 2019 à 04h47

%d blogueurs aiment cette page :