Urgences : une crise inédite, qui perdure et prend de l’empleur.

Le collectif Inter-Urgences estime que le seuil de 240 services mobilisés pourrait être atteint lundi.

Malgré que des sorties de crise ont effectivement été enregistrées dans quelques établissements ces dernières semaines , 28 selon le ministère, dont sept de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), ces situations ne reflètent pas la tendance générale. Le collectif Inter-Urgences estime ainsi que le seuil de 240 services en grève pourrait être atteint lundi 2 septembre, puis celui de 250 à la fin de semaine, ce qui représenterait plus de la moitié des 474 urgences publiques.
Hugo Huon, infirmier aux urgences parisiennes de Lariboisière et président du collectif se félicite  « La traversée de l’été, c’était la traversée du désert, on risquait d’y laisser des plumes, mais on se retrouve fin août deux fois plus nombreux qu’en juin »

La principal plainte du secteur est d’être « En sous-effectif permanent avec mise en danger du patient »

Le ministère de la santé, pour sa part, affiche depuis mi-août le chiffre de 195 SAU en grève et promet un nouveau chiffrage dans les prochains jours. « C’est un mouvement relativement stable, sans aggravation ni décélération majeure », estime-t-on avenue de Ségur, en précisant qu’il n’y a pas eu durant l’été de « situation inextricable où un service se serait trouvé vraiment bloqué ».

©Darius Fawkes le 29 août 2019 à 16h10

%d blogueurs aiment cette page :