La police de Hong Kong prend d’assaut le métro à coups de matraque

HONG KONG (AP) – Des manifestants à Hong Kong ont lancé des bombes à essence sur le siège du gouvernement et ont mis le feu à la rue samedi, alors que la police prenait d’assaut une voiture de métro et frappait les passagers avec des matraques et du spray au poivre dans des scènes qui ne manqueront pas d’alimenter les tensions ville marquée par près de trois mois de manifestations en faveur de la démocratie.

La police avait refusé la permission de marcher, ce samedi, afin marquer le cinquième anniversaire de la décision de la Chine de s’opposer à des élections pleinement démocratiques à Hong Kong.
Les manifestants sont néanmoins descendus dans les rues, comme ils l’ont fait tout l’été. Ils ont provoqués et obstrués la police à plusieurs reprises, mais se sont généralement retirés lorsque des officiers anti-émeute sont arrivés, évitant certains affrontements directs qui avaient caractérisé les manifestations précédentes.

Tard dans la nuit, cependant, une vidéo du radiodiffuseur de Hong Kong, TVB, montrait la police utilisant des matraques alors qu’elle se trouvait sur le quai de la station de métro Prince Edward et balançant des coups de matraques sur les passagers qui reculaient à une extrémité d’un wagon derrière des parapluies. La vidéo montre également du spray au poivre en train d’être tiré à travers une porte ouverte, sur un groupe assis par terre, pendant qu’un homme lève les mains.

Il n’est pas certain que tous les passagers étaient tous des manifestants. La police a déclaré qu’ils étaient entrés dans le poste pour arrêter les délinquants après que les manifestants eurent agressés d’autres personnes et endommagés des biens à l’intérieur. La vidéo de TVB a été largement diffusée sur les médias sociaux, ce qui constitue un autre exemple de brutalité policière lors des manifestations. Des foules en colère se sont rassemblées autour de Prince Edward et de la gare de Mongkok, à proximité, où la police a annoncé avoir procédé à des arrestations après que les manifestants aient saccagés le centre de service à la clientèle et endommagés des distributeurs de billets.

Des manifestations ont éclatés début juin à Hong Kong, territoire chinois semi-autonome de 7,4 millions d’habitants. Un projet de loi sur l’extradition désormais en suspens a mis au premier plan les inquiétudes suscitées par, ce que beaucoup de citadins, voient comme une érosion des droits et des libertés que les résidents sont supposés avoir dans le cadre d’ «un pays, deux systèmes».

Source: The Washington Times

Traduction ©Darius Fawkes le 31 août 2019 à 21:34
linktr.ee/Darius_Fawkes

%d blogueurs aiment cette page :