France – Politique&Economie – Les brèves – Jeudi 5 septembre 2019.

Transition écologique – Cazeneuve veut concilier mutation écologique et croissance

Avignon, 5 sept 2019 (AFP) – L’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve a présenté jeudi à Avignon sa vision de la transition écologique, qui doit selon lui aller de pair avec une « croissance sûre et sobre » et le « maintien » du nucléaire, à l’occasion des Journées parlementaires du PS dont il était l’invité vedette.
L’ancien ministre de l’Intérieur, a discouru et échangé avec députés et sénateurs, à l’invitation de la présidente du groupe PS à l’Assemblée Valérie Rabault et de son homologue du Sénat Patrick Kanner.
Alors que de nombreux écologistes voient en lui un « productiviste », et qu’il se voit parfois reprocher la mort du militant écologiste de Rémi Fraisse, l’ancien ministre de l’Intérieur a consacré un long développement à la question environnementale.
« Nous devons (…) être les acteurs politiques qui assument qu’il peut y avoir la grande mutation écologique et le maintien d’une grande ambition de redistribution et de solidarité, qu’il peut y avoir une grande transition écologique et la possibilité d’une croissance sobre et sûre, qu’il peut y avoir la mutation écologique et le maintien de la foi dans le progrès, la technique et la science », a déclaré M. Cazeneuve.
« Le réel, c’est que nous sommes confrontés à une urgence climatique à laquelle aucun gouvernement, aucun pays, aucune sensibilité n’échappera », a-t-il souligné, en défendant une transition écologique « socialement juste, démocratiquement acceptable, territorialement différencié ».
Concrètement, l’ancien député de la Manche a défendu le « maintien » de l’industrie nucléaire pour parvenir à une économie décarbonnée, même si la part du nucléaire doit « baisser » dans le mix énergétique. « Nous devons continuer à accompagner les travaux de recherche » dans le domaine, et « nous devons reconnaître l’atout qu’elle constitue pour notre appareil industriel », a-t-il souligné.
« Lorsque l’Allemagne a décidé de sortir subitement du nucléaire », en 2011, « cela s’est traduit par une augmentation massive de la production de gaz à effet de serre », a-t-il affirmé. Une vision contestée, notamment par l’association Greenpeace qui évoque plutôt « une stagnation depuis la fin des années 2000 » des émissions de GES de l’Allemagne.

Retraite – Le deuxième cycle de concertation sur le futur « système universel » de retraites a débuté jeudi à Matignon, où les premiers syndicats reçus ont rappelé leurs positions en attendant que le gouvernement précise le calendrier et la méthode de cette réforme hautement inflammable.

Déjà consultées pendant 18 mois par le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, dix organisations syndicales et patronales sont reçues jeudi et vendredi par le Premier ministre, Édouard Philippe.
« C’est la traduction de la volonté du président (Emmanuel Macron) de pouvoir approfondir le dialogue avec les partenaires sociaux et les citoyens », a expliqué à la mi-journée M. Delevoye, entré mardi au gouvernement et présent durant ces entretiens, tout comme la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn.
Le Premier ministre avait prévenu mercredi que « la méthode et le calendrier de la réforme » ne seraient précisés que la semaine prochaine.
Un projet de loi sera « présenté dans le courant de l’année 2020 », s’est contentée d’indiquer la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye sur France Inter.
Les discussions s’appuieront sur le rapport de M. Delevoye, qui préconise un « système universel » par points remplaçant les 42 régimes existants et un âge de départ de 64 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein.
Mais Emmanuel Macron a annoncé fin août sa préférence pour une modulation de la durée de cotisation plutôt que de l’âge de départ.

Les militants pro-migrants « harcelés » par la police dans les Alpes

Selon l’ONG Human Rights Watch, les militants sont soumis à une multiplication de contrôles policiers, en particulier lors de maraudes.
Contrôles à répétition, amendes, garde à vue…
Les policiers français usent de « harcèlement » et d’« intimidation » pour « entraver les activités humanitaires » des militants pro-migrants à la frontière franco-italienne, dénonce l’ONG Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié jeudi 5 septembre. 
La publication, qui intervient une semaine après la condamnation de trois dirigeants de l’organisation d’extrême droite Génération identitaire pour la spectaculaire opération anti-migrants menée dans cette même région au printemps 2018, documente également les refoulements de « mineurs non accompagnés » vers l’Italie.
« Le délit de solidarité continue d’être utilisé » contre ces militants, déplore encore Bénédicte Jeannerod, directrice France chez HRW. Légalement, l’aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour irréguliers en France est passible d’une peine maximale de 5 ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.
En juillet 2018, le Conseil constitutionnel a jugé que « tout acte d’aide apportée dans un but humanitaire » ne pouvait pas faire l’objet de sanctions, sauf s’il est effectué dans le cadre d’une aide à l’entrée sur le territoire.
Malgré cette décision, des poursuites continuent d’être engagées contre des personnes soutenant des migrants, déplore encore Human Rights Watch.

EuropaCity et sa gare Jour J-30: de Gonesse à Matignon, marches organisée contre le projet par marchons-pour-les-terres-fertiles-de-gonesse-matignon

Les vendredi 4 et samedi 5 octobre, une marche citoyenne défilera du Triangle de Gonesse à Matignon pour sauver les terres agricoles menacées de destruction par le méga-projet de centre commercial EuropaCity – et une gare promise par le gouvernement au groupe Auchan.
Le projet aurait pour conséquence d’artificialiser 300 hectares de terres fertiles, avec un impact désastreux sur la gestion de l’eau, la consommation énergétique, la biodiversité, l’alimentation des environs et le micro-climat local. « L’Amazonie, c’est notre bien commun », a déclaré fin août Emmanuel Macron. Cela vaut aussi pour les terres nourricières aux portes de Paris !
Retrouvez l’article sur le Blog Médiapart ainsi que l’itinéraire des marches

Système Dassault: vers un procès de l’«entreprise de corruption généralisée»

Le juge Serge Tournaire a décidé le renvoi devant le tribunal correctionnel de sept membres du système présumé d’achat de voix mis en place par Serge Dassault à Corbeil-Essonnes, dont le maire Jean-Pierre Bechter. L’ordonnance du juge dénonce une « corruption qui s’est exercée à un degré sans doute jamais atteint ».
Selon les information Médiapart, le juge d’instruction Serge Tournaire a renvoyé devant le tribunal, le 29 août, sept membres du système Dassault, dont l’actuel maire Jean-Pierre Bechter pour « achat de votes » et « financement illégal de campagne électorale ».
Source Médiapart

Paris- « Le projet de transformation de la gare du Nord est inacceptable »

Dans une tribune au « Monde », un collectif d’architectes, d’urbanistes et d’historiens de l’art, dont Jean Nouvel et Roland Castro, estime que le projet visant à ajouter à la gare parisienne un centre commercial et des bureaux doit être entièrement revu.
La SNCF, associée à Auchan (aussi sur le Projet Europacity. NDLR) (via sa filiale Ceetrus), publie depuis quelques mois des dessins et des discours lénifiants sur son projet de transformation de la gare du Nord, qui créerait plus de 50 000 m2 de surfaces construites nouvelles, dont un immense centre commercial de près de 20 000 m2 et des bureaux, le tout rebaptisé pour la circonstance « lieu de vie ». Ce projet est inacceptable, et nous demandons qu’il soit repensé de fond en comble.
Faut-il rappeler que les centres commerciaux récents sont à la peine partout : Le Millénaire, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), végète, comme Aéroville, à Roissy (Val-d’Oise).

©Darius Fawkes le 06 septembre 2019 à 01:58
linktr.ee/Darius_Fawkes

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :