France – Maintien de l’ordre – La ligue des Droits de l’Homme dénonce les violences Policières subies par ses observateurs lors de leurs missions sur les manifestations des Gilets Jaunes.

Samedi 7 septembre à toulouse, acte 43 des gilets jaunes, un membre de l’Oservatoire des pratiques policières de Toulouse a été blessé lors d’une charge policière.

le membre de l’OPPT, était alors en mission et portait sur lui les signes distinctifs à cette mission, pris dans la charge, Pascal GASSIOT, a été violemment bousculé et projeté au sol, résultant une blessure au niveau du crâne et plusieurs côtes fracturées.

Ce jeudi 12 septembre, l’Observatoire des Patriques Policières de Toulouse, dans son communiqué de presse dénonce un acharnement envers ses observateurs par les membres de la BAC (Brigate Anti-Criminalité) de Toulouse.

« Depuis plusieurs mois, en fait depuis la création de l’Observatoire toulousain des pratiques policières – OPP en mars 2017, les observateurs de l’OPP sont régulièrement pris à partie par les agents de la BAC et des CSI et ont fait l’objet d’injures, de tentative d’intimidation, des gestes obscènes, de bousculades, etc… »

Dans son communiqué de presse l’OPP dénonce également d’autres faits graves à l’encontre de ses observateurs.

Ainsi par exemple le 2 février 2019, un autre membre de l’Observatoire avait été victime d’un tir de projectile sur le front, nécéssitant plus de 10 points de suture. Une plainte avait été déposée, mais n’avait malheureusement fait l’objet d’aucun retour, ni de la part du parquet, ni de la hiérarchie policière, pas plus que de la préfecture !

Un Membre de l’Observatoire de Montpelier serait quand à elle poursuivie pénalement pour son activité en matière de défense des droits fondamentaux, selon la ligue des droits de l’Homme.

Rappelons également que lors du G7 la ligue des drois de l’Homme, avait déjà dénoncé l’arrestation et mise en garde à vue d’observateurs et Amnesty France, une entrave à la libre circulation pour les siens.

De nombreus journalistes et reporters signalent, égalements êtres directement visés par les forces de l’ordre, lors de leur présence en qualité de média sur les différentes manifestations.

Inquiétante dérive policière dans un état, dit « de droit » alors que les observateurs sont pris à partie par les forces de l’ordre, blessés et arrêtés, que la liberté de la presse est également mise à mal et subit le même sort.

Un comble lorsque l’on sait, que sur les zones de guerre, casques bleus, observateurs et reporters sont respectés, quelles conclusions tirer de celà ? Pourquoi les forces de l’ordre ne veulent-elles pas être observées, si leur methode de maintien de l’ordre est irréprochable !

©Darius Fawkes, pour la WPA et The Vox Populi Channel, le 13 septembre 2019 à 05:40
linktr.ee/Darius_Fawkes
%d blogueurs aiment cette page :