fbpx

Vendredi noir dans les transports parisiens, la réforme des retraites se précise, et les autres infos du jour

Grève historique à la RATP. Les syndicats annoncent pour ce vendredi un mouvement social sans précédent depuis 2007 sur le réseau de transport d’Ile-de-France

Pour dénoncer la réforme du régime des retraites. Si la loi impose un service minimum pour les usagers, il sera difficile à assurer, prévient la régie des transports. Cette grève devrait être la première d’une longue série pour le maintien du régime spécial des agents de la RATP. Ils demandent la prise en compte de la pénibilité de leur travail (de nuit, les week-ends), sur fond de transformation de leur entreprise, avec une ouverture à la concurrence en 2024. 

– Les syndicats UNSA, CGT, FO, CFE-CGC et SUD ont appelé à la grève des personnels de la RATP, ce vendredi, pour protester contre la réforme des retraites préparée par le gouvernement.
– Le texte de loi prévoit la disparition des régimes spéciaux (RATP, SNCF, IEG) au profit d’un régime universel, qui devrait voir le jour début 2025.
– L’opérateur de transport public francilien a annoncé la fermeture de dix lignes de métros et de fortes perturbations sur le reste du réseau.

Un bus sur trois en circulation

Côté prévisions​, les usagers du bus auront leur lot de galères car il n’y aura qu’un bus sur trois en circulation sur l’ensemble du réseau.

Au niveau ferroviaire : aucun train ne circulera en heures creuses sur les RER A et B. Plus en détail, un train sur trois sera affrété en heure de pointe (6h30 – 10h30/16h30/20h30) sur la A, et un train sur cinq en heure de pointe (6h30 – 10h30/16h30/20h30) sur la B. A noter sur la ligne B que l’interconnexion sera interrompue à Gare du Nord. Cela signifie que la liaison entre la partie de la ligne gérée par la RATP, au sud, et celle gérée par la SNCF, au nord ne sera pas assurée.

Des lignes de métro fermées

Sur le métro, le trafic sera fortement parasité. Le service sera interrompu sur les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13. Concernant la 9, aucun service ne sera assuré entre les stations Franklin Roosevelt et Nation et un train sur quatre circulera sur le reste de la ligne. Perturbées, les lignes 4 et 7 ne compteront qu’un train sur trois durant la journée. Sur la 8, il y aura seulement un train sur trois uniquement entre les stations Créteil Pointe du Lac et Reuilly-Diderot.

Le tramway n’est pas en reste. Un tram sur deux sera en service sur les lignes T3b et T5. Sur les lignes T1, T2, T3a, T6, T7 et T8, aucun train ne circulera en heures creuses, et seulement un tramway sur trois en heures de pointe (6h30-9h30/17h-20h).

Des alternatives proposées

La direction a également annoncé mettre en place « un dispositif partenarial afin de proposer des solutions alternatives de mobilité relayées par ses partenaires ». Ainsi, la RATP financera « 30 minutes gratuites à ses clients qui utiliseront les scooters électriques en libre-service » de Cityscoot. Les passagers de la start-up Klaxit bénéficieront de « la gratuité des voyages aux passagers quelle que soit la distance (départ et arrivée en Ile-de-France) ». Quant aux conducteurs, ils toucheront une rémunération minimum garantie (quatre euros). La régie offrira « -50 % sur le stationnement dans les parkings à Paris et en Ile-de-France (24 heures max) » des utilisateurs de Zenpark. Sur la plateforme de VTC Kapten, un code de réduction de -20 % sera disponible. Et deux trajets de 15 minutes seront offerts aux Franciliens, adeptes du service de vélos et trottinettes électriques Jump.

Interrogé sur RTL mercredi matin, Philippe Martin, directeur général adjoint de la RATP avait confirmé que le réseau serait touché par de « très très grosses perturbations », et fait savoir que « certaines lignes de métro qui ne seront pas ouvertes de la journée et d’autres lignes métro/RER ne fonctionneront qu’aux heures de pointe. » Une annonce qui divise ceux qui payent un abonnement, dont le coût mensuel s’élève à 75,20 euros par mois. Il « faut prévoir, anticiper, voir si on ne peut pas prendre ou un congé ou reporter un déplacement ou faire du télétravail, du coworking, du covoiturage », avait ajouté le patron de la régie, insistant sur la volonté de l’entreprise d’« aviser les Parisiens pour pas qu’ils soient surpris vendredi ».

Trafic normal sur les RER C, D et E et les transiliens

Deux lignes de la RATP échapperont à la grogne des personnels : la 1 et la 14. Toutes deux automatisées, elles ne devraient pas subir de blocage mais restent déconseillées en raison de l’affluence élevée. Les trains (RER C, D et E ainsi que les Transiliens et le tramway T11) et bus (Keolis) du réseau SNCF et les transports Veolia qui circulent en Ile-de-France seront aussi épargnés.

Pressentie pour devenir l’un des mouvements sociaux le plus suivis depuis 2007 dans les transports franciliens, cette grève pourra-t-elle faire plier le gouvernement sur la réforme des retraites à l’instar de la mobilisation de 1995, qui a paralysé la France pendant plus de trois semaines ?

Une rentrée sociale tendue

Fin juillet, plusieurs syndicats de la régie avaient déjà fait part leur intention de faire entendre leur mécontentement sur le projet de réforme des retraites. « La reforme annoncée est inacceptable et la rentrée sociale va être extrêmement tendue », écrit d’ailleurs le syndicat SUD-RATP sur son tract. La CGT a, quant à elle, déposé un préavis de grève du 12 septembre dès 22h jusqu’au 14 septembre à 7h. Les organisations promettent que cette mobilisation sera exceptionnelle. Pagaille assurée, à la veille du premier samedi d’expérimentation pour l’ouverture du métro toute la nuit.

Le cœur de la contestation : la suppression des régimes spéciaux, mis en place pour compenser la pénibilité du travail des employés du secteur. Cette disparition signe la fin des avantages réservés aux employés de la RATP, SNCF et IEG (Industries électriques et gazières en France).

Porté par Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire à la réforme des retraites, le projet de refonte des systèmes de retraites met le feu aux poudres dans plusieurs corps de métiers. Après les salariés de la RATP, avocats, médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, pilotes, hôtesses et stewards seront dans les rues le 16 septembre. FO a fixé sa journée d’action au 21 septembre, la CGT au 24.

©Darius Fawkes pour WPA et TVPC, le 13septembre 2019 à 17:12
linktr.ee/Darius_Fawkes
%d blogueurs aiment cette page :