fbpx

Municipales 2020: Montpellier – L’homme d’affaires milliardaire Mohed Altrad est candidat

Mohed Altrad, trente-et-unième fortune professionnelle de France selon Challenges, PDG de la société de services aux entreprises et patron du MHR tente d’obtenir l’investiture LREM

Mohed Altrad a annoncé sa candidature aux élections municipales de Montpellier, il entend présenter une liste qui ne soit ni de gauche, ni de droite et a demandé l’investiture officielle de LREM, qui pour l’heure n’a pas désigné de candidat à Montpellier… Un parti qui pourrait également choisir de ne présenter personne, pour laisser le champ libre au maire Philippe Saurel (DVG).

Mohed Altrad a annoncé ce lundi sa candidature à la mairie de Montpellier. A un peu moins de six mois des élections municipales, le chef d’entreprise s’est présenté devant la presse entouré de soutiens issus d’horizons différents : Virginie Rozière (porte-parole), ancienne députée européenne du Parti radical de gauche, Jacques Touchon (président du comité de soutien), ex-adjoint d’Hélène Mandroux (PS), Flora Labourier (porte-parole), éphémère porte-parole du PS dans l’Hérault pendant un mois et demi, Jean-Pierre Grand (conseiller politique), sénateur LR et ancien maire de Castelnau-le-Lez, la seconde ville de la métropole, et Serge Martin (conseiller politique), ancien secrétaire de la quatrième section du PS de l‘Hérault. Il a par ailleurs annoncé avoir le soutien de la députée LREM Coralie Dubost, qui n’était pas présente (et dont les collaborateurs parlementaires ne nous ont, pour l’heure, pas confirmé le soutien).

Une liste ouverte et pour le moment sans orientation politique. Ni nuance politique, qui sera pourtant obligatoire lors du dépôt de la liste en préfecture. A défaut, c’est la préfecture de l’Hérault, comme le prévoit le code électoral, qui tranchera. « Je suis en contact avec M. [Michaël] Delafosse (candidat PS), je suis en contact avec M. [Patrick] Vignal (député LREM, en quête de l’investiture LREM). Tous ceux qui souhaitent discuter avec nous seront les bienvenus, excepté les extrêmes, auxquels nous ne sommes pas ouverts. », a indiqué l’entrepreneur franco-syrien.

« On dialogue avec l’Elysée, Matignon et le parti LREM à Paris »

L’homme d’affaires a demandé l’investiture LREM. « Comme la procédure interne de ce parti le souhaite, on a fait un dossier. On dialogue toujours avec les services de l’Elysée, de Matignon et le parti LREM à Paris, reprend-il. Il n’y a pas eu encore de décision de prise. » Pour appuyer sa candidature et évoquer les grandes lignes de son engagement, Mohed Altrad a édité un livre en 40.000 exemplaires intitulé Le cœur et l’action, distribué gratuitement. « Je suis là pour faire un diagnostic sincère sur Montpellier. Il n’est pas normal d’avoir 50.000 chômeurs, explique-t-il [ selon l’Insee, le taux de chômage, sur les 31 communes de la métropole, s’élève à 17,8 %, soit 38.705 chômeurs]. Il y aura des problématiques que l’on pourra régler à court terme telle que la sécurité et la propreté ». Il présentera son programme « en décembre ou janvier ».

Né en Syrie et naturalisé français il y a quelques années, le chef d’entreprise a donné son nom à une multinationale dédiée aux services aux entreprises qui emploie 42.000 personnes à travers 50 pays. « Ces personnes n’attendent pas après moi pour faire leur travail. La philosophie Altrad a toujours été la décentralisation de toutes les discussions », répond Mohed Altrad lorsqu’on l’interroge sur la possibilité de gérer à la fois son entreprise et d’être un maire à plein temps.

Entre récompenses économiques et perquisitions juridiques

31e fortune professionnelle de France selon le magazine Challenges, désigné homme d’affaires de l’année par Forbes en 2015, ce symbole de réussite sociale, né de parents bédouins à une date approximative (officiellement en 1948), est le patron du MHR, le club de rugby de Montpellier. « Il faudra voir s’il y a conflit d’intérêts. S’il faut laisser la présidence, je la laisserai, sachant que c’est un club qui joue un rôle social très important », reprend-il lorsqu’on l’interroge sur son avenir dans le rugby en cas d’éventuelle élection à la mairie. « On verra si le fait d’être président, qui passe trois ou quatre heures au club par semaine, est vraiment un gros problème ».

Son engagement dans le rugby lui a permis de devenir un personnage public, connu au-delà des cercles économiques. Mais lui a également valu d’intéresser la justice. Le 13 août 2017, le Journal du Dimanche avait révélé que Bernard Laporte, président de la fédération française de rugby, avec lequel il entretenait des liens étroits, serait intervenu « auprès de la commission d’appel de la FFR pour qu’elle se penche « avec bienveillance » sur [des] sanctions prononcées contre Montpellier ». L’affaire, transmise à la justice par le ministère des Sports, est toujours en cours d’instruction par le parquet national financier. Le 23 janvier 2018, les enquêteurs de la brigade de répression économique étaient venus perquisitionner dans les locaux d’Altrad et au domicile du principal intéressé.

©Darius Fawkes pour WPA et TVPC, le 17 septembre 2019 à 03:34
linktr.ee/Darius_Fawkes
%d blogueurs aiment cette page :