MONDE: BNP Paribas accusé de « complicité de crimes contre l’humanité » au Soudan

Le groupe bancaire est déjà visé par une information judiciaire pour complicité de génocide et de crimes contre l’humanité au Rwanda.

Déjà accusé par des ONG pour son rôle dans le génocide au Rwanda, BNP Paribas est désormais visée par une plainte pour « complicité de crimes contre l’humanité » commis au Soudan, en ne respectant pas l’embargo contre le régime d’Omar al-Béchir, destitué en avril dernier. Neuf militants soudanais ayant fui leur pays après y avoir subi des persécutions ont déposé, jeudi 26 septembre, avec la Fédération internationale des Droits de l’Homme (FIDH) et la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), cette plainte contre le groupe bancaire, avec constitution de partie civile, au tribunal de Paris.

Ils y accusent la première banque européenne de « complicité de crimes contre l’humanité, de génocide et d’actes de tortures », ainsi que de « blanchiment » et « recel » de ces crimes commis entre 2002 et 2008, en particulier au Darfour. Cette région est meurtrie depuis 2003 par une guerre civile, qui a fait plus de 300 000 morts selon l’ONU.

« Nous n’avons pas connaissance de l’ouverture d’une procédure pénale à ce jour. Et en tout état de cause, nous ne commentons pas les procédures judiciaires », a fait savoir à l’AFP un porte-parole du groupe bancaire.

Il revient désormais au doyen des juges d’instruction du Tribunal de Paris d’examiner si cette plainte est recevable, avant de lancer d’éventuelles investigations.

Une amende record pour violation d’embargos en 2014

En 2014, BNP Paribas a plaidé coupable aux Etats-Unis de violation des embargos américains contre le Soudan, Cuba et l’Iran, et s’est acquitté d’une amende record de 8,9 milliards de dollars. Par cette procédure, « BNP Paribas a ainsi reconnu avoir fourni au gouvernement soudanais un accès à des milliards de dollars américains et au système financier américain qu’il n’aurait pu avoir sans son concours », observent les plaignants.

De fait, la banque française et sa filiale suisse ont agi « en tant que principale banque privée du gouvernement du Soudan, lui permettant de se financer et de réaliser, en parfaite connaissance de cause, des transactions à l’étranger et en particulier aux Etats-Unis », alors que Khartoum était visé par des sanctions américaines. La plainte souligne que la banque a reconnu avoir « employé divers moyens » afin de « dissimuler » l’origine des fonds.

Ce faisant, le régime d’Omar al-Béchir, destitué en avril dernier, a pu « financer ses actions ainsi que des milices (Janjawids) qui menaient des attaques et pillages dans des villages dans la région du Darfour en particulier », de même que les services de renseignement « qui ont emprisonné de façon arbitraire et torturé de nombreux civils et activistes originaires du Darfour et autres régions marginalisées », affirment-ils. Tous les plaignants sont des civils qui ont été victimes de persécutions au Darfour, les poussant à fuir leur pays et à s’installer à l’étranger.

Omar al-Béchir a été destitué en avril 2019, après avoir dirigé pendant trente ans le pays d’une main de fer. En 2009 et 2010, la Cour pénale internationale (CPI) a émis des mandats d’arrêt internationaux à son encontre pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide.

BNP Paribas était déjà visé par une information judiciaire pour complicité de génocide et de crimes contre l’humanité pour des faits commis au Rwanda : plusieurs ONG accusent en effet le groupe bancaire d’avoir financé en 1994 un achat d’armes au profit de la milice hutue.

©Darius Fawkes pour WPA – TVPC et Journalisme 2.0 – le 26 septembre 2019 à 21:55
Sources: L’obs et AFP
linktr.ee/Darius_Fawkes


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :