fbpx

France: Affaire Lubrizol, 2 incidents en un mois, 2 sites touchés sur 3 !

Faut-il déposer les enfants à l’école ce lundi ? Reprendre le chemin du travail ? A Rouen, les habitants s’interrogent toujours sur les conséquences sanitaires à court et long terme de l’incendie de l’usine chimique Lubrizol, classée Seveso. Samedi, le préfet de Normandie a tenté de rassurer les citoyens. Si Pierre-Henri Durand parle de « catastrophe majeure », il évoque « un état habituel de la qualité de l’air sur le plan sanitaire à l’exception de la mesure effectuée sur le site de Lubrizol pour ce qui concerne le benzène ». Tous les premiers résultats des analyses sont accessibles sur le site de la préfecture. Malgré tout, trois jours après l’accident, certains habitants partageaient leurs craintes sur les réseaux sociaux.

La gestion de l’incident, le manque de communication avec les habitants des zones touchées, incitent à un manque de confiance quant à la transparence de la Préfecture dans ses communiqués.

Le premier ministre Édouard Philippe a assuré dimanche 29 septembre que «l’engagement du gouvernement est de répondre à toutes les questions et de faire la transparence totale» après l’incendie jeudi de l’usine chimique Lubrizol de Rouen. «Pour faire face à l’inquiétude légitime des populations, il n’y a qu’une solution: le sérieux et la transparence complète et totale», a-t-il ajouté lors d’un déplacement à l’université d’été du MoDem dans le Morbihan, alors que les critiques accusant les autorités d’un manque de transparence se sont multipliées ces derniers jours.

La Belgique, elle aussi touchée (le nuage a atteint les Pays-Bas) monte également au créneaux !

Dans le Hainaut, des habitants ont observé des dépôts localisés de suie. Le centre de crise de Wallonie (CRC-W) a confirmé samedi que le nuage résultant de l’incendie à Rouen avait traversé le territoire belge. Les concentrations en particules fines qui ont pu parvenir en Wallonie sont cependant très faibles, a rassuré le CRC-W.

La cheffe de file du cdH à la Chambre, Catherine Fonck, a demandé dimanche aux différentes autorités compétentes en Belgique d’effectuer des prélèvements afin d’analyser les retombées au sol des fumées provenant de l’usine Lubrizol de Rouen, en France, classée Seveso et qui utilise des matériaux dangereux.
Selon la députée cdH, aucune information n’a été donnée sur la nature de ces retombées sur les sols à distance de l’usine, et aucune action ne semble avoir été entreprise par les différentes autorités compétentes du pays pour s’assurer de l’absence de risque pour l’environnement et la santé
Catherine Fonck a par conséquent demandé aux différentes autorités compétentes d’effectuer des prélèvements afin d’analyser les retombées au sol, de communiquer rapidement et de manière transparente sur les résultats et les mesures à prendre ; et d’informer la population sur les précautions à prendre (potagers, oeufs, cultures…), dans l’attente de ces résultats.

Lubrizol c’est aussi deux incidents en un mois, un à Rouen et un autre à Oudale ( Le Havre) !

Mardi 3 septembre 2019, un incendie s’était déclaré dans l’usine Lubrizol, à Oudalle, près du Havre (Seine-Maritime). 50 pompiers et 12 engins avaient été mobilisés. .

Dans cette usine classée Seveso, des procédures d’urgences pré établies avaient été mises en place et « les installations mises en repli », expliquent les sapeurs-pompiers, qui s’étaient rendus sur place. Un plan d’opération interne (POI) avait alors été déclenché. 50 sapeurs-pompiers étaient intervenus avec 12 engins. L’intervention avait duré quatre heures, « le feu fut rapidement circonscrit » voir article

Autre fait inquiétant, le PDG de Lubrizol France, Frédéric Henry, s’est dit « très étonné de voir un incendie qui se déclare en pleine nuit, dans un endroit où il n’y a personne ».

Après avoir reçu plusieurs plaintes déposées par des particuliers et des entreprises, le parquet de Rouen a annoncé samedi que l’enquête judiciaire concernant l’accident s’était élargie au chef de mise en danger d’autrui. Il a décidé de diligenter l’enquête sur une qualification plus large que celle de « destructions involontaires par l’effet d’une explosion ou d’un incendie », ouverte quelques heures après l’incendie de ce site industriel produisant des additifs d’huile. Ces dernières ont été confiées à la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et aux gendarmes de l’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp). Les constatations sur les lieux se dérouleront en début de semaine prochaine, en fonction des possibilités d’accès au site, d’après le parquet, précisant que la cause de l’incendie n’était pas encore connue.

« Au-delà du recueil des témoignages, des investigations techniques ont notamment été menées par l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale au moyen de drones », a précisé le parquet. Ce dernier se dit aussi « en contact quotidien » avec les services spécialisés du parquet de Paris et son pôle de santé publique.

Effectivement ces deux incidents survenant en 6 mois sur deux sites d’une même compagnie, ajouté au questionnement du PDG, quant au départ de feu, laisse naturellement émmerger d’autres questions d’ordre tout aussi alarmant, mais gageons qu’il ne s’agisse pas cette fois d’un mégot mal éteint………

Espéront que toute la lumière sera rapidement faite sur cette catastophe, tant au niveau des rétombées écologiques et sanitaires que sur l’enquête judiciaire !

©Darius Fawkes pour WPA – TVPC et Journalisme 2.0 – le 29 septembre 2019 à 21:11
linktr.ee/Darius_Fawkes

Une pensée sur “France: Affaire Lubrizol, 2 incidents en un mois, 2 sites touchés sur 3 !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :