Europe: Macron humilié par le Parlement européen.

Avec le rejet par une large majorité d’eurodéputés de la candidature de Sylvie Goulard à la Commission, Bruxelles inflige à Emmanuel Macron un nouveau revers de taille.

À l’issue d’une seconde audition devant des eurodéputés, jeudi 10 octobre, Sylvie Goulard, ministre éphémère des armées que le président de la République avait désignée pour siéger dans la future Commission européenne, a vu sa candidature rejetée à une forte majorité. Après le fiasco Nathalie Loiseau, le chef de l’État encaisse un deuxième revers à Bruxelles en quelques mois.

Jamais un candidat français à la Commission n’avait été désavoué par les parlementaires.

Un désaveu conséquent: ils sont 82 députés à avoir voté contre la nomination de Sylvie Goulard au poste de commissaire chargée du marché intérieur, de l’industrie, de la défense, de l’espace, du numérique et de la culture. Et seulement 29 – dont une large majorité d’élus de Renew Europe, son groupe politique au Parlement – à l’avoir approuvée. Un eurodéputé s’est abstenu.

« Je prends acte de la décision du parlement européen dans le respect de la démocratie », s’est contentée de réagir la principale intéressée sur Twitter. Interrogé quelques heures plus tard, en marge d’un déplacement à Lyon (Rhône), Emmanuel Macron a, lui, mis en scène son incompréhension, renvoyant la responsabilité du blocage sur… Ursula von der Leyen. « Il faut qu’on m’explique », a-t-il lâché lors d’une conférence de presse, après avoir détaillé les échanges qu’il avait eus avec la future présidente allemande de la Commission.

le chef de l’État, visiblement agacé, a déclaré avoir « besoin de comprendre »

« J’ai proposé trois noms à la présidente von der Leyen […]. Elle m’a dit : “Moi je veux travailler avec Sylvie Goulard” », a-t-il déclaré, assurant qu’il l’avait pourtant mise en garde contre les risques que faisaient planer sur sa candidature deux enquêtes sur sa participation à un système d’emploi fictif présumé pour le Modem. Mme von der Leyen « m’a dit […] “je vais appeler les présidents de groupes parlementaires pour leur demander”, après quoi elle m’a dit : “c’est bon, ça leur va” », a-t-il poursuivi.

Et de conclure, entre l’agacement et l’hébétement : « Je ne comprends pas comment, quand la présidente de la Commission nommée a une discussion avec les trois présidents de groupe [les conservateurs du PPE, les sociaux-démocrates du S&D et les libéraux de Renew – ndlr] et [qu’ils] se mettent d’accord sur quelque chose, ça peut bouger comme ça. Donc j’ai besoin de comprendre. […] Je suis très détendu, ce qui m’importe, c’est le portefeuille. J’ai besoin de comprendre ce qui s’est joué de ressentiment, peut-être de petitesse. »

Par ses propos, Emmanuel Macron suppose que le rejet de la candidature de Sylvie Goulard ne serait qu’une vengeance politique.

Qui vise Emmanuel Macron par ces propos? La droite du Parti populaire européen, premier groupe par le nombre d’élus, et particulièrement offensive durant les auditions? Ce sont pourtan bien des eurodéputés issus de tous les courants, à l’exception des libéraux, qui ont voté contre.

Le Bavarois Manfred Weber, patron du groupe PPE au Parlement, a réagi aux insinuations d’Emmanuel Macron en expliquant n’avoir jamais été « consulté avant les nominations des candidats »

Au cours des deux auditions qu’elle a enchaînées, Sylvie Goulard n’a manifestement pas su convaincre de son « exemplarité ». Deux dossiers n’ont cessé de parasiter les débats : l’enquête qui la vise, en France mais aussi au sein de l’Office européen de la lutte anti-fraude (Olaf), dans le cadre des emplois présumés fictifs du MoDem au Parlement européen ; et son travail de consultante pour l’Institut Berggruen, un think tank américain, de 2013 à 2015, en parallèle à son mandat d’eurodéputée.

« Le président échangera avec (la présidente de la Commission) Ursula von der Leyen pour examiner les suites à donner, dans le respect du portefeuille attribué à la France », ajoute la présidence française.

©Darius Fawkes pour WPA – TVPC et Journalisme 2.0 – le 10 octobre 2019 à 23:17
Source; Médiapart
linktr.ee/Darius_Fawkes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :