fbpx

France: Justice – Huit « décrocheurs » de portraits de Macron condamnés à 500 euros d’amende chacun

Misant sur le précédant créé par le Tribunal de Lyon le 16 septembre, pour des faits similaires, ils espéraient tous une relaxe.

Le parquet de Paris avait requis le 11 septembre des peines d’amende de 1 000 euros dont 500 euros avec sursis à l’encontre des huit prévenus, pour des décrochages commis les 21 et 28 février dans les mairies des IIe, IVe et Ve arrondissements, dans le cadre de la campagne « Décrochons Macron » menée par le mouvement Action non violente-COP21.

Lors de cette audience, les militants avaient reconnu les faits, expliquant avoir agi par « devoir moral », parce qu’ils n’avaient « d’autre choix » que la « désobéissance civile non violente », face à l’inaction gouvernementale en matière climatique, leurs avocats, quant à eux, avaient plaidé la nullité, justifiant que les prélèvements ADN effectués sur les prévenus ne figuraient pas dans la procédure et mettant en avant l’état de nécessité, qui permet d’écarter la responsabilité pénale « face à un danger actuel et imminent ».

Le tribunal correctionnel de Paris a pris le contre-pied de la décision lyonnaise

Ce mercredi 16 octobre, au tribunal correctionnel de Paris, la juge a considéré que « l’état de nécessité », invoqué il y a un mois à Lyon pour relaxer deux décrocheurs, n’était « pas constitué », et que les décrocheurs parisiens, âgés de 23 à 36 ans ayant tous un casier judiciaire vierge, étaient coupables de « vol en réunion »  et a condamné les huit militants écologistes à 500 euros d’amende chacun pour avoir décroché des portraits d’Emmanuel Macron des murs de trois mairies d’arrondissement de la capitale en février.

Le vidéaste Vincent Verzat, du média Partager c’est sympa, a lui été relaxé. Rappelons que durant l’audience, en septembre, il avait assuré à la barre qu’il avait seulement filmé l’action le 21 février, et qu’il n’y avait pas participé.

« La décision de Lyon a été mal vécue »commente Me Alexandre Faro, du collectif d’avocats chargé de la défense des militants « Elle a suscité beaucoup de commentaires politiques, signe qu’elle a dérangé un certain ordre bourgeois. Avec cette condamnation, le tribunal de Paris a sans doute voulu recadrer le débat. »

Les militants ont d’ors et déjà annoncé qu’ils allaient faire appel.

©Darius Fawkes pour WPA – TVPC et Journalisme 2.0 – le 16 octobre 2019 à 23:35
linktr.ee/Darius_Fawkes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :