fbpx

Liban: la Banque mondiale exhorte à la formation « urgente » d’un nouveau gouvernement.

Poto: Le président libanais, Michel Aoun (au centre sur la photo), lors d’une réunion avec le directeur régional de la BM pour le Moyen-Orient, Saroj Kumar Jha, et le coordinateur spécial de l’ONU pour le Liban, Jan Kubis, le 6 novembre 2019. Photo Dalati et Nohra
AFP / Mahmoud ZAYYATDes étudiants libanais manifestent contre le pouvoir, à Saïda, dans le sud du Liban, le 6 novembre 2019

La Banque mondiale a appelé mercredi le Liban à former un nouveau gouvernement dans les plus brefs délais, au 21e jour d’un mouvement de contestation inédit contre la classe politique.

Depuis le 17 octobre, le Liban connaît une contestation populaire contre sa classe dirigeante jugée corrompue et incompétente, sur fond de grave crise économique.

Le mouvement, qui a mobilisé des centaines de milliers de Libanais, toutes communautés confondues, a entraîné la démission le 29 octobre du Premier ministre Saad Hariri, mais la formation d’un nouveau gouvernement se fait attendre.

« La formation rapide d’un gouvernement correspondant aux attentes de tous les Libanais est désormais l’étape la plus urgente »

« La formation rapide d’un gouvernement correspondant aux attentes de tous les Libanais est désormais l’étape la plus urgente », a affirmé la Banque mondiale (BM) à l’issue d’une réunion d’une délégation avec le président Michel Aoun.

En cas d’impasse persistante, la moitié de la population pourrait sombrer dans la pauvreté et le chômage « augmenter fortement », a averti la BM dans un communiqué. Selon elle, environ un tiers des Libanais vit déjà sous le seuil de pauvreté.

L’institution met en garde contre une « récession plus grave » encore, « en raison des pressions économiques et financières croissantes » –l’institution prévoit déjà une croissance négative de 0,2% pour 2019.

Mercredi, la contestation ne s’est pas essoufflée: sur la place des Martyrs, dans le centre de Beyrouth, des milliers de personnes tenant des chandelles et tapant sur des casseroles se sont rassemblées pour une manifestation féministe.

« Pouvoir patriarcal, le droit des femmes c’est pas un détail, allez, allez, le changement! », a scandé la foule.

Leila Sayegh, qui refuse en riant de donner son âge, dit être venue parce que « la femme au Liban est marginalisée » mais aussi pour « réclamer des droits pour nos enfants, pour leur avenir ».

« On est venu de manière pacifique faire du bruit, c’est notre manière de leur dire +ça suffit, on n’en peut plus+ », ajoute-t-elle, sa voix assourdie par le tintamarre des casseroles.

AFP / Maryam EL HAMOUCHIManifestations au Liban

Ailleurs dans la capitale, des échauffourées ont éclaté entre forces de l’ordre et manifestants qui se sont approchés d’un projet immobilier en construction sur le bord de mer à Beyrouth. Les contestataires dénoncent un projet illégal qui comme d’autres porte atteinte aux côtes du pays, considérées comme des biens publics.

Des ministres non corrompus

Mercredi, le chef de l’Etat a une fois encore assuré que le prochain gouvernement inclurait des « ministres compétents et à l’abri de tout soupçon de corruption », selon le compte Twitter de la présidence.

Michel Aoun a ajouté que 17 dossiers de corruption faisaient désormais l’objet d’enquêtes judiciaires, d’après la présidence.

Mercredi, le procureur financier Ali Ibrahim a engagé des poursuites pour blanchiment d’argent et échange de pots-de-vin contre un responsable de l’aéroport de Beyrouth, selon l’Agence nationale d’information (ANI).

AFP / ANWAR AMROUne femme tient une pancarte appelant à la transparence lors d’une manifestation antigouvernementale devant le Palais de Justice à Beyrouth, le 6 novembre 2019

Il a aussi invité l’ancien Premier ministre Fouad Siniora à se présenter le 14 novembre à son bureau pour l’écouter concernant 11 milliards de dollars de dépenses, effectuées entre 2006 et 2008 quand il était à la tête du gouvernement. Par le passé M. Siniora s’est défendu de tout détournement de fonds publics.

Des poursuites ont récemment été engagées contre l’ancien Premier ministre Najib Mikati et la Banque Audi pour enrichissement illicite, et visé l’ancien ministre Fayez Chokr pour « négligence dans l’exercice de ses fonctions ».

Le Liban est classé 138e sur 180 en matière de corruption par l’ONG Transparency.

Une « perte de confiance » généralisée

Les Libanais sont aussi exaspérés par l’absence de services publics dignes de ce nom, avec notamment de graves pénuries d’eau et d’électricité et une gestion archaïque des déchets.

A Beyrouth, des manifestants se sont réunis devant le ministère des Finances et devant le siège de l’Electricité du Liban (EDL), considérée comme l’ultime symbole de la décrépitude des services de base.

Des centaines d’élèves et d’étudiants ont battu le pavé dans tout le pays durant toute la journée. A Saïda et Nabatiyeh (sud), les étudiants de l’Université libanaise ont campé sur place, appelant les autorités à consolider un enseignement public fragilisé.

A Jounieh, au nord de la capitale, des élèves se sont rassemblés dans la cour de la principale école publique, rejoints par d’autres manifestants, après avoir été interdits par leur direction de quitter l’établissement, selon des médias locaux.

Plusieurs dizaines de protestataires ont marché mercredi soir dans les rues de Baalbeck, dans la Békaa, un des fiefs du Hezbollah, qui fait partie de la majorité gouvernementale sortante, alors que le mouvement de contestation inédit contre la classe dirigeante est entré dans son 21ème jour. Brandissant des drapeaux libanais, les manifestants, partis de la place Khalil Moutran, dont certains frappaient sur des casseroles, protestent contre « l’omniprésence de la corruption » et la dégradation de la situation économique du pays. 

Le Liban croule sous une dette de 86 milliards de dollars, soit 150% du PIB, l’un des ratios les plus élevés au monde.

Mardi, un mois après avoir adressé un ultimatum aux dirigeants libanais, l’agence de notation Moody’s avait dégradé la notation souveraine du Liban de « Caa1 » à « Caa2 », tout en renouvelant la période de mise sous surveillance du pays. C’est la deuxième fois cette année que Moody’s dégrade la note du pays, après un premier abaissement en janvier. L’agence de notation financière américaine, l’une des trois principales avec Fitch et Standard & Poor’s (S&P), avait justifié sa décision en invoquant la possibilité « accrue » que le pays procède à un « rééchelonnement de la dette ou toute autre opération de gestion de passif qui constitue un défaut », selon sa définition.

« Le vaste mouvement de contestation sociale, la démission du gouvernement et la perte de confiance des investisseurs ont de nouveau affaibli le modèle de financement du Liban », a averti Moody’s.

©Darius Fawkes pour WPA – TVPC et Journalisme 2.0 – le 06 novembre 2019 à 23:35
Sources: AFP / OLJ
Photo de couverture: Le président libanais, Michel Aoun (au centre sur la photo), lors d’une réunion avec le directeur régional de la BM pour le Moyen-Orient, Saroj Kumar Jha, et le coordinateur spécial de l’ONU pour le Liban, Jan Kubis, le 6 novembre 2019. Photo Dalati et Nohra

CopyrightDepot.com numéro: 00067724-1

linktr.ee/Darius_Fawkes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :