International: Hong Kong – la Chine voit « rouge » et critique le soutien des États-Unis aux manifestants.

La Maison Blanche a fini par franchir le pas, quitte à froisser la Chine. Donald Trump a promulgué deux lois sur les événements à Hong Kong. La première menace de suspendre le statut économique spécial accordé par les États-Unis au territoire si les droits des manifestants ne sont pas respectés. La seconde interdit la vente à la police hongkongaise de matériel anti-émeutes.

La réaction de la Chine a été immédiate et virulente. Le ministère des Affaires étrangères a accusé les textes de soutenir « des actes commis par des criminels violents » et a menacé Washington de représailles.

Un communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères a averti qu’il réagirait par des « contre-mesures fermes », ajoutant que les États-Unis devaient en supporter les conséquences s’ils continuaient « à s’engager dans la mauvaise voie ».

Le ministère a également déclaré que les actions américaines « exposent davantage la nature malveillante et hégémonique des intentions américaines vis-à-vis du peuple chinois », et que les actions du pays sont « vouées à l’échec ».

Pékin avait initialement réagi avec fureur en convoquant l’ambassadeur américain Terry Branstad pour exiger que les États-Unis cessent immédiatement de s’immiscer dans leurs affaires intérieures et causent de nouveaux dommages aux relations bilatérales.

Le projet de loi oblige le département d’État américain à certifier, au moins une fois par an, que Hong Kong conserve suffisamment d’autonomie pour justifier des conditions commerciales favorables aux États-Unis, ainsi que des sanctions menaçantes pour les violations des droits de l’homme.

Une escalade diplomatique alors que le siège du campus devenu le symbole de la contestation depuis deux semaines a pris fin. Le militant Joshua Wong en appelle au soutien de la communauté internationale.

Les gens se demandent peut-être : est-ce qu’il s’agit d’une interférence étrangère dans les affaires de Hong Kong ? Ma réponse est que la reconnaissance de Hong Kong en tant que ville mondiale est essentielle pour que des alliés internationaux et la communauté internationale reconnaissent le statut unique de Hong Kong en tant que centre financier et ville mondiale.

Joshua Wong 
militant « pro-démocratie »

Il a déclaré: « Pour un président américain qui signe la loi sur les droits de l’homme et la démocratie de Hong Kong, il s’agit d’une réalisation remarquable de tous les Hongkongais, avec le courage et la détermination des Hongkongais de se battre pour la liberté et la démocratie ».

Un autre projet de loi interdisant l’exportation de gaz lacrymogène, de gaz poivré, de balles en caoutchouc et de pistolets paralysants à la police de Hong Kong a également été signé par le président Trump.

Dans sa déclaration, il a préciséé: « J’ai signé ces projets de loi par respect pour le président Xi, la Chine et le peuple de Hong Kong.
« Ils sont promulgués dans l’espoir que les dirigeants et représentants de la Chine et de Hong Kong seront en mesure de régler leurs différends à l’amiable, menant à une paix et à une prospérité durables pour tous ».
Le gouvernement de Hong Kong a déclaré qu’il s’opposait fermement à la position américaine et regrettait le soutien de M. Trump au projet de loi.

Il a dit que cela enverrait un mauvais signal aux manifestants et ne contribuerait pas à améliorer la situation dans la ville.

Dimanche dernier, les candidats pro-démocratie ont remporté une large victoire lors d’élections locales et si le mouvement de contestation s’est apaisé, plus d’un millier de personnes ont été arrêtées la semaine dernière dans l’ancienne colonie britannique rétrocédée à la Chine il y a 22 ans.

#HongKong

Partagez
©Darius Fawkes pour WPA – TVPC et Journalisme 2.0 – le 28 novembre 2019 à 18:30
Source:  AFP, Reuters

CopyrightDepot.com numéro: 00067724-1

linktr.ee/Darius_Fawkes
Translate »
%d blogueurs aiment cette page :