Comparaison du nouveau coronavirus avec le SRAS, le MERS et d’autres épidémies virales récentes

Un regard sur la façon dont COVID-19 se compare aux récentes épidémies virales.

Le nouveau coronavirus a naturellement inquiété beaucoup de gens. D’autres, cependant, rapportent nonchalamment un sentiment de déjà vu. Il semble que nous ayons déjà suivi cette voie avec le SRAS, le MERS et la grippe porcine.

Alors, comment COVID-19 se compare-t-il réellement à ces récentes épidémies virales?

Le SRAS, le MERS et le COVID-19 sont toutes des maladies respiratoires causées par la même grande famille de virus appelés coronavirus. Les coronavirus sont en fait assez courants. Ils sont à l’origine de nombreux rhumes courants que les gens contractent et récupèrent chaque jour.

Les coronavirus sont également courants dans de nombreuses espèces animales différentes. Parfois, le virus d’un animal peut infecter les humains puis se propager rapidement parmi les humains. Ce fut le cas pour le MERS, le SRAS et le COVID-19, qui seraient tous originaires de chauves-souris .

De même, le virus de la grippe H1N1 à l’origine de la grippe porcine proviendrait de porcs .

Les premiers cas de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) ont été signalés en Asie en 2003. De novembre 2002 à juillet 2003, plus de 8 000 cas probables de SRAS ont été signalés à l’Organisation mondiale de la santé dans 29 pays. Il n’y avait que huit cas confirmés en laboratoire aux États-Unis

Un chercheur travaille dans un laboratoire qui développe des tests pour COVID-19 au Hackensack Meridian Health Center for Discovery and Innovation, le 28 février 2020, à Nutley, New Jersey. L’installation développe de nouvelles thérapies pour certaines des maladies les plus difficiles au monde.Kena Betancur / Getty Images

La plupart des personnes atteintes du SRAS sont tombées malades dans les 2 à 10 jours suivant l’exposition. Le taux de mortalité était de près de 10%, mais pourrait atteindre plus de 50% chez les adultes de plus de 60 ans.

Aucun cas de SRAS n’a été signalé dans le monde depuis 2004.

Le MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) a été signalé pour la première fois en Arabie saoudite en 2012. Sur les 27 pays touchés dans le monde, 10 pays se trouvent dans ou près de la péninsule arabique et 17 pays se trouvent en dehors de la péninsule arabique. Aux États-Unis, seuls 2 patients ont été testés positifs au MERS.

À ce jour, près de 2 500 cas de MERS ont été confirmés en laboratoire , avec un taux de mortalité d’environ 34%.

La grippe est une autre maladie respiratoire contagieuse dont les symptômes sont similaires à ceux du SRAS, du MERS et du COVID-19. Elle est causée par les virus de la grippe A et de la grippe B. Différentes souches de grippe sont responsables de la saison de la grippe qui se produit chaque année. Le CDC estime qu’il y a eu 18 000 à 46 000 décès dus à la grippe jusqu’à présent cette saison.

Le virus de la grippe porcine ou de la grippe A (H1N1) a provoqué la pandémie mondiale de 2009. On estime que 151 000 à 575 000 personnes dans le monde sont mortes du virus H1N1 en 2009. Parmi celles-ci, il y avait environ 12 400 décès aux États-Unis. Le taux de mortalité mondial estimé était très faible, à 0,02%. Cette souche continue de circuler en tant que virus de la grippe saisonnière chaque année, mais elle peut être évitée avec un vaccin contre la grippe.

Des soldats portant un équipement de protection désinfectant en spray dans le cadre de mesures préventives contre la propagation du coronavirus, à la gare de Dongdaegu à Daegu, Corée du Sud, le 29 février 2020.Yonhap / AFP / Getty Images

En comparaison, COVID-19 s’est propagé dans plus de 50 pays et a infecté plus de 85 000 personnes dans le monde depuis janvier de cette année. Aux États-Unis, il y a eu environ 70 cas et deux personnes sont décédées. À l’échelle mondiale, il y a eu moins de 3 000 décès confirmés. À l’heure actuelle, les experts estiment que COVID-19 a un taux de mortalité d’environ 2%, mais cela pourrait changer à mesure que nous en apprendrons davantage sur le virus.

Bien que COVID-19 semble se propager facilement, les symptômes ont tendance à être légers, en particulier pour les personnes relativement jeunes et en bonne santé. Les éclosions de SRAS et de MERS avaient des taux de mortalité considérablement plus élevés. Pendant ce temps, la grippe saisonnière reste une cause importante de maladies respiratoires pouvant entraîner une hospitalisation et la mort. Le CDC continue de recommander que toute personne âgée de plus de 6 mois se fasse vacciner contre la grippe.

Comme l’a fait remarquer le Dr Robert Glatter, urgentologue au Lenox Hill Hospital de New York, «assurez-vous de vous faire vacciner contre la grippe. Il est beaucoup plus susceptible de contracter la grippe que la nouvelle infection à coronavirus. »

Il avertit également: «Les personnes âgées devraient également s’assurer de se faire vacciner contre la pneumonie et le zona, car ceux-ci sont plus probables s’ils développent une infection virale telle que le coronavirus.»

Angela N. Baldwin MD, MPH est résidente en pathologie au Montefiore Medical Center dans le Bronx et contribue à l’ABC News Medical Unit.

Par le Dre Angela N. Baldwin

Traduit par ©Darius Fawkes pour WPA – TVPC – VOXIVITAS le 06 mars 2020 à 13:47
Source: ABC News

CopyrightDepot.com numéro: 00067724-1
linktr.ee/Darius_Fawkes



Translate »
%d blogueurs aiment cette page :