Christophe, le chanteur des « Mots bleus », est décédé à 74 ans

Le chanteur Christophe, 74 ans, avait été hospitalisé fin mars pour « insuffisance respiratoire »

Christophe s’est éteint. Sa famille l’a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi à l’AFP. Il avait 74 ans. Le chanteur avait été admis en réanimation le 26 mars à Paris, pour insuffisance respiratoire. Depuis, il avait été transféré dans un hôpital de Brest, où il est décédé. Son producteur de spectacle avait indiqué ne pas « être en mesure de confirmer s’il a été testé positif au Covid-19 ». Un communiqué de l’épouse de l’artiste, Véronique Bevilacqua, publié le 10 avril ne faisait pas mention du virus

Dès l’annonce de la gravité de l’état du chanteur, le 29 mars, les messages de soutien avaient afflué, notamment de la part de la chanteuse Keren Ann et de Michel Polnareff, l’un de ses vieux compères de l’époque yéyé

Tout comme Polnareff, Christophe – Daniel Bevilacqua de son vrai nom – détonnait déjà sur la « photo du siècle », en compagnie de Johnny Hallyday, Claude François, Françoise Hardy et les autres. Si Christophe a connu ses premiers succès, dont l’incontournable Aline ou encore Les Marionnettes, à l’époque yéyé, dès 1965, il s’en est ensuite affranchi avec un parcours artistique unique, fait de périodes d’expositions médiatiques ou de « traversées du désert ». C’est d’ailleurs en sortant de l’une d’elle qu’il arbore pour la première fois sa moustache et ses cheveux long. Look qui l’accompagnera jusqu’à la fin de sa vie.

Ex-idole des sixties

Personnage mythique de la scène musicale française depuis les années 2000, Christophe a marqué plusieurs générations d’artistes. Il avait, ces dernières années, beaucoup chanté en duo, notamment dans la double compilation Christophe etc, sortie en 2019 et 2020 dans laquelle il réinterprète d’anciens titres.

Cinéphile, mélomane, esthète et collectionneur de disques, Christophe cultivait l’image d’un artiste complet, ouvert sur les dernières tendances artistiques, et a toujours su réinventer sa musique. Oiseau de nuit et compositeur maniaque, il se sera, au cours de sa carrière, bien éloigné du cliché sexiste qui lui collait à la peau à ses débuts de « chanteur pour midinettes ».

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :