USA: un camping-car pour rester chez soi, une solution pour les soignants


Rester près des siens sans transmettre le virus: un réseau de solidarité met à la disposition de soignants américains camping-cars et caravanes pour pouvoir vivre devant chez soi.

Pour Anish Samuel et sa femme Jessica, le quotidien était devenu intenable.

Cet interne spécialiste en soins pulmonaires intensifs à l’hôpital St. Joseph’s de Paterson, dans le New Jersey, avait beau changer plusieurs fois de tenue le soir, se doucher et manger à distance de sa famille, la crainte de propager le virus était toujours là.

A quelques jours de l’accouchement de Jessica, qui est en outre asthmatique, le couple a trouvé, grâce à l’association RVs 4 MDs (camping-cars pour médecins), Edward et sa caravane, qui trône maintenant devant leur maison.

« Restez à l’écart de sa famille, c’est dur, mais je peux les voir », se console Anish, qui a préféré cette solution à la chambre d’hôtel que lui proposait l’hôpital, à 25 mn de chez lui.

Cette formule n’atténue que partiellement le stress de Jessica, plus inquiète pour Anish que pour elle-même, mais elle a apporté un semblant de normalité.

Tout comme elle l’a fait à East Setauket, petite communauté de l’autre côté de New York, à Long Island.

« Le but, c’est de l’aider à garder le moral », explique, au sujet de son mari, l’épouse d’un interne aux urgences du Long Island Community Hospital, qui vit désormais, lui aussi, dans un camping-car, devant chez lui.

« Je sens que ça l’aide à mieux gérer », dit celle qui se retrouve désormais seule avec ses trois enfants, à jongler avec deux emplois, et a préféré rester anonyme. « S’il était à l’hôtel, il serait à l’isolement complet. »

Ils sont des centaines, aux Etats-Unis, à avoir répondu à l’appel, comme Bud Conway, qui a prêté son camping-car au couple d’East Setauket.

« J’ai trouvé l’idée fantastique », dit ce retraité qui, sans la pandémie, serait probablement en train de pêcher quelque part sur la côte de Long Island.

« Tous les parcs du comté sont fermés et il était dans un parking », dit-il de son véhicule d’environ 9 m de long. « Mieux valait laisser quelqu’un l’utiliser. »

L’opération a failli être ternie par des voisins indélicats qui ont prévenu la police, dont un agent, sans masque, les a menacés d’une amende, avant que la mairie ne les appelle pour s’excuser.

– Des pompiers aussi –

AFP / Angela WeissAnish Samuel, le 22 avril 2020 dans la caravane prêtée le temps de la crise du coronavirus et stationnée en face de chez lui à Nutley près de New York

RVs 4 MDs donne un coup de main à toutes les professions qui vont au contact des malades, notamment les pompiers comme Sal DePaola, qui vit et travaille dans le quartier Staten Island à New York.

Pas moins de 16 pompiers de sa caserne ont été positifs au Covid-19, et il ne voit pas comment il aurait pu échapper au virus, même s’il a été testé négatif.

Voilà bientôt 5 semaines qu’il n’aperçoit sa femme et ses deux enfants que par la fenêtre ou à travers la porte.

« Ca devient de plus en plus difficile avec le temps », dit-il, « et je vois que les enfants commencent à accuser le coup. »

Partie de rien, l’association RVs 4 MDs a désormais plus de 30.000 membres et bénéficie des services de la plateforme RVshare, numéro un de la location de camping-car entre particuliers.

Le site a suggéré à ceux de ses 60.000 membres qui le pouvaient de louer à bas prix ou de prêter gratuitement leur maison sur roues aux soignants, pompiers ou policiers.

Au-delà de cette initiative, qui ne rapporte que peu à RVshare, le camping-car pourrait être le grand gagnant de l’ère coronavirus.

AFP / Angela WeissLe Dr Anish Samuel devant sa maison et la caravane dans laquelle il vit en ce moment, le 22 avril 2020 à Nutley près de New York

Il a ainsi suffi que plusieurs Etats annoncent, la semaine dernière, la levée progressive des mesures de confinement, pour que les réservations bondissent de 139% durant le week-end (par rapport au précédent), essentiellement pour des dates en juin et juillet.

Pour le directeur général de RVshare, Jon Gray, si les Américains pourraient encore se tenir à l’écart des avions et des navires de croisière pour plusieurs mois, « ils voudront tout de même sortir et voir du pays », le camping-car constituant une solution idéale.

Bud Conway laissera au couple d’East Setauket son camping-car autant qu’il en aura besoin, mais il a déjà en tête de leur offrir une vraie nuit de camping, loin de chez eux, une fois qu’ils seront de nouveau réunis.

Les enfants en parlent déjà.


Translate »
%d blogueurs aiment cette page :