Covid-19: La Chine arrête des militants pour avoir archivé des articles censurés sur les coronavirus


Deux activistes chinois sur Internet et une de leurs amies ont été détenus par la police pendant des semaines à Pékin pour avoir archivé des articles censurés par le régime communiste, sur l’épidémie de coronavirus.

Chen Mei et Cai Wei ont tous deux contribué au projet, avant de disparaître le 19 avril, selon Reuters , citant le frère de Chen, Chen Kun.

Le projet, nommé Terminus2049, consistait à sauvegarder, sur la plate-forme de développement de logiciels GitHub, des articles, censurés par le Parti communiste chinois, émanant des médias et des réseaux sociaux du continent asiatique.

La petite amie de Cai, répertoriée uniquement avec le nom de famille Tang, a également été arrêtée pour des accusations similaires.

Cai et Tang ont été inculpés de «récolte et propagation de fausses rumeurs», une accusation fréquemment utilisée contre des militants politiques en Chine, rapporte le journal.

Il n’était pas immédiatement clair si Tang était directement impliqué dans le projet d’archives.

La famille de Chen Mei, quant à elle, n’a toujours pas reçu de confirmation officielle de la police que le jeune homme de 26 ans a été arrêté.

La machine de censure chinoise a annulé toute information que le Parti communiste chinois à Pékin considère comme une «rumeur».

Dès janvier, les autorités ont ordonné qu’un article examinant comment l’économie chinoise serait affectée si l’Organisation mondiale de la santé déclarait le virus comme « urgence sanitaire mondiale » soit effacé d’Internet, selon « China Digital Times » , un groupe de surveillance Chinois basé aux États-Unis. .

D’autres types de censure comprennent les messages de familles d’individus malades à la recherche d’aide, de personnes dans des villes en quarantaine documentant leur vie quotidienne et de ceux qui critiquent la manière dont le gouvernement a géré la crise, selon Vice .


Translate »
%d blogueurs aiment cette page :