Covid-19: L’AP-HP confirme le lien entre le Covid-19 et l’inflammation cardiaque touchant des enfants, l’OMS en alerte.


L’équipe de l’hôpital Necker, lors d’une conférence de presse, établit une connexion avec le nouveau coronavirus. Une vingtaine d’enfants ont été hospitalisés ces derniers jours dans des services de réanimation.

Les enfants hospitalisés ces derniers jours dans les services de réanimation parisiens pour défaillance cardiaque ont  effectivement «tous été en contact» avec le virus Sars-CoV-2.

C’est ce que confirme ce jeudi l’équipe de l’hôpital Necker lors d’une conférence de presse de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AH-HP), confirmant ainsi le lien de causalité entre le Covid-19 et les nouveaux symptômes.

Depuis le 15 avril, un nombre inattendu d’enfants atteints de myocardite (inflammation du muscle cardiaque) ont été admis dans les services pédiatriques d’Ile-de-France.

La majorité d’entre-eux présentant un tableau clinique proche mais incomplet de la maladie de Kawasaki, une inflammation des vaisseaux souvent secondaire à une infection virale.

«Maladie post-infectieuse»

Après deux semaines d’alerte en France, mais aussi au Royaume-Uni, en Espagne ou encore en Italie et en Belgique, constatant tous le même phénomène, la première grosse interrogation sur la connexion possible avec le Covid-19 vient d’être levée pour les cas français. 

Sylvain Renolleau, chef du service de réanimation et surveillance continue médicochirurgicales de Necker,  confirme que «Ces enfants ont tous été en contact à un moment ou à un autre avec ce virus»,.

En les testant, les pédiatres se sont aperçus que la totalité de ces jeunes patients avaient soit une PCR «encore positive mais faible» (diagnostic qui permet de voir si la personne est infectée à un instant T), soit un test sérologique positif (qui établit après coup que le virus a bien été présent dans le corps).

Un nombre important de ces tests ont permis d’établir un contact avec le virus datant de trois à quatre semaines. «Ce qu’on comprend de la temporalité de l’arrivée de ces enfants, de façon différée par rapport au début de l’épidémie chez l’adulte, c’est qu’il s’agit probablement d’une maladie post-infectieuse, de mécanismes d’immunologie qui suivent l’infection à Covid 19», a expliqué Damien Bonnet, chef du service de cardiologie médicale pédiatrique de Necker. Même si aujourd’hui on n’a pas tous les arguments de certitude pour dire qu’il y a un lien de causalité directe.»

«Evolution favorable» et «Restitution complète de la fonction cardiaque»

D’après les informations communiquées par l’équipe médicale, tous les enfants ont nécessité une aide ventilatoire du fait de cette «réaction inflammatoire exagérée». Cette réaction entraînerait donc une atteinte cardiaque et non pulmonaire comme chez les adultes atteints du Covid-19.

 «Ils ont presque tous eu besoin d’un support par médicaments pour aider la fonction cardiaque et pour normaliser la pression artérielle, a précisé Sylvain Renolleau. « Jusqu’à ce jour, ils ont tous évolué favorablement en trois à quatre jours de soins en réanimation, avec pour l’heure une restitution complète de la fonction cardiaque, même si le délai de surveillance est pour l’instant court. »

Une note datée du 29 avril a été diffusée aux médecins du groupe, par le directeur médical de crise de l’AP-HP, Bruno Riou, il y signale que 21 cas précisément sont en actuellement pris en charge dans les réanimations pédiatriques.

Une adolescente de 16 ans se trouve également en réanimation à la Pitié-Salpêtrière. La note indique également d’autres cas dans les villes de : «Reims, Nancy, Bordeaux, Montpellier, Chambéry et Lyon.»

L’OMS EN ALERTE !

De son côté, Jérôme Salomon, de la Direction Générale de la Santé, dans ses réponses à La Dépêche, s’est voulu rassurant en précisant d’une part « C’est une alerte que nous suivons avec beaucoup d’attention, explique le professeur Salomon. C’est une alerte qui a été lancée à la fois par les autorités sanitaires britanniques, françaises, belges et italiennes. Les pédiatres d’Ile-de-France nous ont signalé ces hospitalisations inhabituelles. »

Le Professeur Salomon a également précisé que « Ces enfants, pour l’instant, font l’objet de tests, pour savoir si c’est l’infection elle-même qui est en cause, pour savoir si c’est une réaction post-infectieuse, à distance d’une certaine infection. Il y a des tests de recherches d’anticorps qui sont en cours, des tests de tests de recherche de virus. On voit cette maladie régulièrement à l’issue d’infections virales. L’hypothèse est tout à fait sérieuse. Toute la communauté scientifique et pédiatrique européenne est mobilisée, l’Organisation Mondiale de la Santé est mobilisée aussi, et les pédiatres échangent actuellement pour savoir s’ils confirment ce lien entre l’infection au coronavirus et ces constats au niveau des services pédiatriques. »


Translate »
%d blogueurs aiment cette page :