La RD Congo accuse à nouveau les rebelles hutus du massacre de rangers

Alerte Covid-19

Restez prudent, réduisez vos déplacements et appliquez les gestes barrières


La RD Congo a réitéré lundi son accusation selon laquelle les rebelles rwandais dans l’est du pays ont tué 12 gardes et cinq autres dans le célèbre parc national des Virunga.

Les combattants des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) étaient à l’origine de l’attaque du 24 avril, a déclaré le général de division Maurice Aguru Mamba, citant une enquête préliminaire.

Il a déclaré lors d’une conférence de presse que ceux qui avaient attaqué le site du patrimoine mondial de l’UNESCO, connu pour ses gorilles des montagnes, appartenaient à une « unité spécialisée » des FDLR.

« Nos sources sont crédibles », a déclaré Aguru Mamba, qui commande le CORPPN, un corps affecté à la protection des parcs nationaux et des réserves naturelles.

Les 17 personnes ont été tuées dans une embuscade près du siège du parc dans la province du Nord-Kivu limitrophe du Rwanda et de l’Ouganda.

La direction du parc des Virunga a déclaré avoir des « indications précises » que les FDLR étaient responsables mais trois jours plus tard, les FDLR ont nié ces allégations et blâmé les troupes du gouvernement rwandais.

Le président rwandais Paul Kagame a démenti lundi dernier des rumeurs persistantes selon lesquelles des soldats rwandais s’étaient infiltrés dans l’est de la RDC pour combattre les FDLR, dont les dirigeants étaient impliqués dans le génocide rwandais de 1994 qui a tué environ 800 000 personnes – principalement des Tutsis.

L’armée de la RDC a combattu un éventail de groupes armés dans l’est du vaste pays d’Afrique centrale depuis près de trois décennies.

Les visites aux Virunga ont été suspendues depuis le 19 mars dans le cadre de la tentative de la RD Congo de stopper la nouvelle pandémie de coronavirus.

Le parc avait précédemment interdit les visiteurs entre mai 2018 et le début de l’année dernière après l’enlèvement de deux touristes britanniques. Ils ont ensuite été libérés sains et saufs.

Au total, 176 rangers des Virunga ont été tués au cours des 20 dernières années.


Translate »
%d blogueurs aiment cette page :