Le déconfinement avance avec prudence, la Bavière va rouvrir ses restaurants


Le déconfinement est à l’ordre du jour dans de plus en plus de pays devant le reflux apparent de la pandémie de coronavirus, même si la prudence reste de mise face à une maladie qui a déjà fait plus de 250.000 morts.

Signal fort, la Bavière, le plus grand état régional d’Allemagne en superficie, a annoncé mardi la réouverture de ses restaurants à partir du 25 mai.

« Nous jugeons qu’il est acceptable d’ouvrir les restaurants » avec des restrictions, telle que l’occupation d’une table sur deux et donc un nombre de clients limité, des zones spécifiques pour les familles et des mesures d’hygiène renforcées, a déclaré le chef du gouvernement régional Markus Söder. Il s’affranchit ainsi des consignes de prudence du gouvernement central d’Angela Merkel qui craint la possibilité d’une seconde vague de contamination.

Un vaccin est « notre meilleure chance collective de vaincre le virus« , a souligné lundi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Elle avait organisé en ligne un téléthon planétaire, auquel les Etats-Unis n’ont pas pris part, qui a permis de lever 7,4 milliards d’euros pour financer la recherche sur un vaccin.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), craignant un relâchement trop rapide, a aussi répété que seule la découverte d’un vaccin ou d’un remède permettra de mettre fin à la pandémie qui a contraint plusieurs milliards de personnes à rester enfermées chez elles pendant plusieurs semaines, qui paralyse l’économie mondiale et a mis au chômage des dizaines de millions de personnes.

Une centaine de projets de vaccins ont été lancés, dont une dizaine en phase d’essais cliniques, selon la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

En attendant des résultats, la vie reprend petit à petit à travers le monde.

– Progression en Russie –

La Californie, premier Etat américain à avoir décrété le confinement, va commencer à assouplir certaines mesures à la fin de la semaine, a annoncé le gouverneur démocrate Gavin Newsom, soumis à une pression croissante pour réactiver l’économie de son Etat, cinquième au monde en termes de produit intérieur brut.

AFP / Alexander NEMENOV Un usager du métro moscovite le 5 mai 2020

En Europe, la Russie est devenue le pays connaissant la plus rapide progression de la pandémie : plus de dix mille nouveaux cas de coronavirus y ont été enregistrés en 24 heures, pour le troisième jour d’affilée.

Le pays compte désormais 1.451 morts et 155.370 cas, selon les chiffres officiels, dont le Premier ministre Mikhaïl Michoustine. « Il se sent bien dans l’ensemble« , a indiqué mardi le porte-parole de son cabinet, Boris Belïakov.

D’autres pays en revanche, encouragés par un baisse régulière du nombre de décès, ont amorcé un prudent déconfinement : les parcs ont rouvert lundi en Italie, des lieux de culte et des musées ont fait de même en Allemagne et des files d’attente se sont formées devant de nombreux salons de coiffure.

POOL/AFP / Ian LANGSDON Le président français Emmanuel Macron en visite à l’école primaire Pierre de Ronsard, à Poissy, dans la banlieue parisienne, le 5 mai 2020

Portugal, Serbie, Belgique, Autriche, Turquie, Israël, Nigeria ou encore Tunisie et Liban ont également pris le chemin d’une plus grande liberté de mouvement.

Portant pour la première fois un masque grand public, en tissu noir, le président français Emmanuel Macron a visité mardi une école de Poissy, dans la banlieue parisienne, qui accueille des enfants de soignants, à quelques jours d’une rentrée scolaire très contestée après le début du déconfinement le 11 mai.

« Vous avez des inquiétudes ? »

« Vous avez des inquiétudes, des choses qui vous font peur ? » a lancé le chef de l’Etat. « Attraper le Covid-19« , lui a répondu un enfant.

AFP / FETHI BELAID Des habitants de Tunis font leurs emplettes dans un marché de la ville, le 4 mai 2020

Au Maghreb, Tunis et Alger ont enclenché un assouplissement du confinement mais s’inquiètent des écarts de leurs populations en matière d’hygiène et de distanciation physique.

Selon l’Institut national de santé publique (INSP), l’Algérie a enregistré « une augmentation de 27% des cas confirmés » entre le 24 avril, date du début du ramadan, et le 30 avril. Ce qui a poussé les autorités à faire refermer de nombreux commerces après quelques jours d’ouverture dans plusieurs régions, dont Alger.

Au total, 251.512 décès ont été recensés dans le monde depuis décembre, dont 145.612 en Europe, selon les chiffres officiels mardi.

Les États-Unis détiennent le triste record du pays le plus endeuillé avec 68.934 morts et vont probablement atteindre la barre des 100.000 morts dès le mois de juin, selon plusieurs modèles épidémiologiques.

AFP / Simon MALFATTO Le monde face au coronavirus

Alors que des centaines de milliers d’Indiens sont bloqués à l’étranger, en particulier aux Émirats arabes unis, New Delhi prépare une importante opération de rapatriement de ses ressortissants avec des navires militaires et des vols spéciaux, qui doit débuter jeudi.

« Je suis sans-abri depuis que j’ai perdu mon emploi en mars, s’il-vous-plaît emmenez-moi en Inde ou ailleurs, sinon je vais avoir de gros problèmes ici à Dubaï« , a tweeté un internaute indien.

La croissance indonésienne en recul

Sur le plan économique, les mauvais chiffres continuent de s’accumuler.

Le gouvernement australien a annoncé mardi que son économie perdait chaque semaine quatre milliards de dollars australiens (2,3 milliards d’euros) à cause du coronavirus.

L’Indonésie a vu sa croissance économique ralentir à son plus bas niveau depuis près de deux décennies au premier trimestre. Le produit intérieur brut de plus la grande économie d’Asie du Sud-Est a progressé de 2,97% de janvier à mars sur un an, son rythme le plus faible depuis 2001.

AFP / NARINDER NANU Contrôle de passagers britanniques en partance pour Londres à l’aéroport de Sri Guru Ram Dass Jee en Inde, le 5 mai 2020

« Aucun pays n’est immune par rapport au Covid-19. Qu’il s’agisse de pays en développement ou développés, tous sont frappés durement par le virus et l’Indonésie n’est pas épargnée« , a déclaré le président de l’Office des statistiques Suhariyanto.

Le constructeur italo-américain Fiat Chrysler a lui annoncé une perte nette de 1,7 milliard d’euros au premier trimestre, victime de l’effondrement du marché mondial.

Un secteur qui se porte en revanche bien un peu partout dans le monde, en particulier en Belgique : celui des machines à coudre.

Olivier Bruynincx, qui gère une PME spécialisée dans les petites machines et accessoires de couture à Bruxelles, raconte crouler sous la demande des particuliers qui confectionnent des masques pour lutter contre le coronavirus. Au point de travailler « sept jours sur sept, quasiment jour et nuit pour réparer les machines à coudre« .


Translate »
%d blogueurs aiment cette page :