Covid19 : l’Allemagne accélère son déconfinement, Trump pousse à la normalisation


Relativement épargnée par la pandémie, l’Allemagne s’apprête ce mercredi à accélérer son déconfinement en autorisant y compris la reprise du championnat de football, une normalisation réclamée avec force pour son pays par le président américain Donald Trump afin d’éviter une catastrophe économique, même au prix d’un bilan plus lourd.

Si les Etats-Unis viennent de franchir le cap des 70.000 décès liés au coronavirus, la Maison Blanche martèle depuis plusieurs jours le même message : il faut passer à une « nouvelle phase de la bataille« .

« Je ne dis pas que tout est parfait. (…) Est-ce que certains vont être durement touchés ? Oui. Mais nous devons ouvrir notre pays et nous devons l’ouvrir bientôt« , a lancé le président américain depuis une usine Honeywell de masques respiratoires à Phoenix, dans l’Arizona. Lui-même n’en portait pas, se contentant de lunettes de protection.

Preuve de la volonté de l’exécutif de marquer le début d’un nouveau chapitre, la cellule de crise sur le Covid-19 devrait être démantelée dans les semaines à venir, a annoncé de son côté le vice-président Mike Pence.

caméras infrarouges

La première puissance économique mondiale, où le taux de chômage devrait atteindre 20% en avril, soit un actif sur cinq, ne veut pas être en reste, au moment où l’Asie redémarre.

Masques, caméras infrarouges pour détecter une possible fièvre et distanciation sociale : les lycéens de Terminale ont repris les cours mercredi à Wuhan, la métropole chinoise d’où l’épidémie de Covid-19 est partie à la fin de l’an dernier avant de gagner l’ensemble de la planète.

La maladie a fait au moins 256.000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, contraignant plus de la moitié de l’humanité à rester chez elle.

La Corée du Sud fut en février le deuxième pays le plus touché au monde : mercredi, elle renouait avec un semblant de normalité à la faveur de la levée de nombreuses restrictions, qui a permis aux musées et aux bibliothèques de rouvrir.

Normalisation au pas de charge

En Europe, l’Allemagne doit franchir mercredi une étape décisive dans le déconfinement en autorisant la réouverture de tous les magasins et écoles à partir de mai, selon un projet d’accord entre le gouvernement et les régions obtenu par l’AFP.

Ces mesures sont rendues possibles car depuis le 20 avril, « le nombre de nouvelles infections » au coronavirus « est resté faible » et « aucune nouvelle vague » de contamination n’est observée à ce jour, souligne le texte.

Berlin compte même autoriser en mai la reprise, à huis clos, de son championnat de football. Cependant, les grandes manifestations sportives, culturelles ou festives devraient rester interdites jusqu’à fin août « au moins » dans ce pays où 7.000 personnes ont succombé au coronavirus.

Soit bien moins qu’au Royaume-Uni (29.427 morts), qui est devenu mardi le deuxième pays le plus endeuillé par le nouveau coronavirus après les Etats-Unis, et est désormais le pays du Vieux Continent le plus touché, devant l’Italie (29.315 morts).

Les autorités britanniques assurent cependant que le pic de la pandémie est passé. Elles s’apprêtent à annoncer dans les prochains jours de premières mesures permettant de redémarrer certains pans de l’économie et de s’adapter à une crise partie pour durer. Tout en prenant garde à éviter un rebond.

Doutes sur les chiffres russes

En Espagne, qui déplore 25.613 morts, le Premier ministre Pedro Sanchez a prévu de s’adresser mercredi aux députés qui doivent se prononcer sur la prolongation de l’état d’urgence. Face à l’amélioration de la situation sur le territoire, Madrid a commencé toutefois ces derniers jours à relâcher les mesures particulièrement strictes imposées à la population.

Un point d’étape sur le processus de sortie de crise est également au menu du gouvernement belge mercredi.

AFP / Le Covid-19 en Russie, au 5 mai 2020

Le président russe Vladimir Poutine réunit lui aussi son gouvernement mercredi sur le déconfinement du pays malgré la propagation fulgurante du virus. Selon les statistiques officielles divulguées mardi, 10.102 nouveaux cas ont été enregistrés lors des 24 dernières heures, portant le total à 155.370.

Mais le bilan officiel des décès attribués au Covid-19 est de 1.451 morts, soit un taux de mortalité très faible par rapport à ce qui a été enregistré en Italie, en Espagne ou aux Etats-Unis.

AFP / OLGA MALTSEVA Des habitants de Saint-Petersbourg profitent du beau temps malgré le confinement, le 5 mai 2020 en Russie

Pour les autorités russes, c’est le résultat de la fermeture rapide des frontières, du grand nombre de tests effectués et d’un suivi des infections. Mais des voix mettent en doute ces statistiques, soupçonnant notamment que de nombreux décès ne soient pas comptabilisés car attribués à d’autres pathologies.

Le pays se prépare officiellement, à partir du 12 mai, à la levée progressive des mesures de confinement en vigueur depuis fin mars.

mutineries et légumes au prix fort

Si le pic épidémique semble passé en Europe, il est attendu dans les prochains jours en Amérique latine et aux Caraïbes, qui ont enregistré plus de 282.000 cas de Covid-19.

Il était temps : la situation déjà explosive dans les prisons violentes et surpeuplées d’Amérique latine est devenue intenable avec l’irruption du coronavirus, qui a provoqué des évasions massives, des mutineries meurtrières et conduit des gouvernements à libérer des détenus.

Autre conséquence, moins grave, de l’épidémie et du confinement : la flambée des prix des légumes en Europe, sous le double effet de la fermeture des frontières, qui accroît les difficultés d’approvisionnement, et de la hausse de la demande, la fermeture des restaurants, cafés et cantines poussant les Européens à cuisiner chez eux. En Allemagne, le prix des légumes a ainsi augmenté de 30% en avril sur un an, selon le cabinet d’expertise des marchés agricoles AMI.


Translate »
%d blogueurs aiment cette page :