La Suède reconnaît ne pas avoir protégé les personnes âgées dans les maisons de soins


La mère de Bjorn Branngard est décédée dans une maison de soins infirmiers de Stockholm où cinq des huit personnes de sa section et plus d’un tiers des résidents ont jusqu’à présent succombé au nouveau coronavirus.

« Ils n’ont pas eu le temps de s’occuper de ma mère », a-t-il expliqué à l’AFP.

Son test de coronavirus est revenu négatif deux jours après sa mort, mais Branngard, qui prétend qu’elle est morte de négligence, dit que le personnel de la maison de soins infirmiers manquait d’équipement de protection et propageait le virus dans toute la maison.

La Suède, dont l’approche plus souple vis-à-vis du coronavirus a attiré l’attention internationale, admet qu’elle n’a pas réussi à protéger adéquatement les personnes âgées, avec environ la moitié des décès dus au COVID-19 survenant chez les résidents des maisons de soins infirmiers.

Des informations ont inondé les médias suédois au cours des dernières semaines, le personnel des maisons de soins continuant de travailler malgré le manque d’équipement de protection.

D’autres ont refusé de travailler et les travailleurs sont encouragés à rester à la maison, même avec des symptômes bénins, laissant les maisons à court de personnel.

D’autres membres du personnel ont admis aller travailler malgré des symptômes du virus, susceptibles d’infecter les résidents, tandis que certaines personnes âgées auraient été infectées lors de leur admission à l’hôpital pour d’autres traitements, puis renvoyées dans des foyers de soins où elles auraient involontairement propagé la maladie.

AFP / Jonathan NACKSTRAND Desrapports ont inondé les médias suédois du personnel des maisons de soins qui continuent de travailler malgré le manque d’équipement de protection

Samedi, la Suède a signalé 3 220 décès dus au virus.

Le pays a déclaré très tôt que la protection des 70 ans et plus était sa priorité absolue.

Pourtant, 90% des personnes décédées au 28 avril avaient plus de 70 ans. La moitié étaient des résidents de maisons de soins infirmiers et un autre quart recevaient des soins à domicile, selon les statistiques du Conseil suédois de la santé et du bien-être social.

« Nous n’avons pas réussi à protéger nos personnes âgées. C’est vraiment grave, et un échec pour la société dans son ensemble. Nous devons en tirer des leçons, nous n’avons pas encore fini avec cette pandémie », a récemment déclaré à la télévision suédoise Lena Hallengren, ministre de la Santé et des Affaires sociales. .

– «Le personnel propage le virus» –

Contrairement à de nombreux pays européens, la Suède a maintenu ses écoles primaires ouvertes ainsi que ses bars et restaurants, tout en exhortant les gens à respecter les recommandations en matière de distanciation sociale et d’hygiène.

Il a toutefois interdit les visites dans les maisons de soins le 31 mars.

Les voisins nordiques de la Suède ont également introduit des interdictions à peu près au même moment, mais ont enregistré beaucoup moins de décès dans les foyers de soins.

Mais contrairement à ces pays, les maisons de repos suédoises sont souvent de grands complexes avec des centaines de résidents.

Ils ne sont accessibles qu’aux personnes en très mauvaise santé et incapables de prendre soin d’eux-mêmes, et les résidents sont donc « un groupe très vulnérable », selon Henrik Lysell du Conseil de la santé et du bien-être.

Bjorn Branngard a déclaré à l’AFP que le personnel du domicile de sa mère n’avait pas d’équipement de protection approprié.

« Il n’y avait aucune protection. Le personnel se déplaçait entre les différentes sections et propageait le virus. »

Dans l’agglomération de Stockholm, épicentre de la propagation du virus en Suède, 55% des maisons de soins infirmiers ont jusqu’à présent confirmé des cas de COVID-19, selon les autorités sanitaires de la région de Stockholm.

– Des mauvaises conditions de travail –

Kommunal, le plus grand syndicat suédois pour les employés municipaux qui comprend de nombreux travailleurs sociaux, a entre-temps imputé des conditions de travail précaires à la tragédie en cours.

AFP / Jonathan NACKSTRANDDans l’agglomération de Stockholm, l’épicentre de la propagation du virus en Suède, 55 pour cent des maisons de soins infirmiers, où les syndicats disent que 40 pour cent du personnel sont des travailleurs non qualifiés sous contrat à court terme, ont confirmé des cas de COVID-19, selon les autorités locales

Il a indiqué qu’en mars, 40% du personnel des maisons de retraite de Stockholm étaient des travailleurs non qualifiés employés sous contrat à court terme, avec un salaire horaire et aucune sécurité d’emploi, tandis que 23% étaient des intérimaires.

En d’autres termes: des gens qui n’ont souvent pas les moyens de ne pas aller travailler même s’ils sont malades.

« Il y a beaucoup de personnes différentes qui travaillent dans plusieurs maisons de soins infirmiers, et cela conduit également à une plus grande diffusion », a déclaré le chef de la division des maisons de soins infirmiers de Kommunal, Ulf Bjerregaard.

Fin avril, Kommunal a déposé une plainte auprès de l’Autorité suédoise de l’environnement de travail, affirmant que 27 des 96 résidents de la maison où vivait la mère de Branngard étaient jusqu’à présent décédés du virus, et pourtant le personnel ne recevait ni équipement de protection ni n’était offert. essai.

L’autorité étudie la plainte et les procureurs ont ouvert une enquête préliminaire.

Abdullah, pseudonyme d’un réfugié de 21 ans qui ne voulait pas révéler son vrai nom, travaille depuis deux ans comme assistant dans une maison de soins en dehors de Stockholm.

Il a parlé à l’AFP d’un résident soigné à l’hôpital pour une jambe cassée.

« Elle a été testée négative pour le virus lorsqu’elle était avec nous. Lorsqu’elle est revenue de l’hôpital trois jours plus tard, elle était positive », a-t-il déclaré.

« Nous avions des tabliers de protection mais pas de masques lorsque nous travaillions avec elle », a-t-il dit, ajoutant qu’il a depuis refusé de se rendre au travail.

L’agence de santé publique a déclaré que les efforts pour améliorer les routines d’hygiène de base dans les maisons portaient leurs fruits.

« Stockholm a en fait connu une nette diminution des cas (dans les maisons de soins infirmiers), ce qui est positif », a déclaré jeudi à la presse l’épidémiologiste d’État Anders Tegnell.


Translate »
%d blogueurs aiment cette page :