Covid_19 : L’augmentation des infections en Allemagne suscite des inquiétudes


La propagation du coronavirus en Allemagne semble s’accélérer à nouveau, selon des données officielles dimanche, quelques jours seulement après que la chancelière Angela Merkel a déclaré que le pays pourrait progressivement revenir à la normale.

L’Institut de santé publique Robert Koch a déclaré que le taux de reproduction (R0) étroitement surveillé en Allemagne avait grimpé à 1,1, ce qui signifie que 10 personnes atteintes de COVID-19 infectent en moyenne 11 autres.

Le RKI a averti que pour que le taux d’infection soit jugé sous contrôle et ralentisse, le R0 doit rester inférieur à un.

Pas plus tard que mercredi, le nombre d’Allemagne était de 0,65.

Mais depuis lors, le pays a signalé des groupes de nouveaux cas dans des abattoirs et des maisons de soins pour personnes âgées.

Le RKI a averti qu’il était trop tôt pour tirer des conclusions mais a déclaré que le nombre de nouvelles infections « devrait être surveillé de très près dans les prochains jours ».

Les dernières données ont sonné l’alarme après que Merkel a déclaré mercredi seulement que l’Allemagne avait laissé la « première phase » de la pandémie derrière elle et les États fédéraux ont annoncé un assouplissement des restrictions sociales.

POOL / AFP / Michael SohnMalgré la proclamation de la « première phase » de la pandémie en Allemagne, la chancelière Merkel doit équilibrer le désir d’assouplir les restrictions avec la connaissance que de nouveaux clusters ont fait remonter le taux d’infection

La plupart des magasins et des terrains de jeux ont rouvert, les enfants retournent progressivement dans les salles de classe et les États rouvrent à des degrés divers les restaurants, les gymnases et les lieux de culte.

Les autorités locales allemandes ont toutefois accepté de lever un « frein d’urgence » et de réimposer les freins sociaux si le taux d’infection dépasse 50 cas pour 100 000 habitants sur une semaine.

Cela s’est déjà produit dans au moins trois districts ces derniers jours, selon le RKI.

– Football, abattoirs –

Dans l’État le plus peuplé d’Allemagne, la Rhénanie du Nord-Westphalie, il y a eu une augmentation du nombre de cas dans un abattoir du district de Coesfeld, où environ 200 des 1200 employés ont été testés positifs pour le virus.

Beaucoup d’entre eux sont des travailleurs étrangers d’Europe de l’Est qui vivaient dans des logements partagés.

AFP / Odd ANDERSENLa plupart des magasins et terrains de jeux ont rouvert en Allemagne, les enfants retournent progressivement dans les salles de classe et les États rouvrent à des degrés divers les restaurants, les gymnases et les lieux de culte

Le gouvernement régional a ordonné aux travailleurs de tous les abattoirs de l’État de subir des tests. Elle a également retardé le desserrement de certaines mesures de confinement dans le district.

Une épidémie de COVID-19 dans un abattoir du nord du Schleswig-Holstein a également poussé le district de Steinburg au-dessus du seuil d’infection.

Dans l’est de la Thuringe, le district de Greiz a signalé une augmentation des infections parmi les résidents et les employés de plusieurs maisons de soins et d’un hôpital de gériatrie.

Il y avait également de nouvelles craintes pour le redémarrage prévu de la saison de football de la Bundesliga le 16 mai, après que les joueurs de deuxième niveau du Dynamo Dresden aient été mis en quarantaine pour deux cas de coronavirus.

– Le pire n’est « pas derrière nous » –

Alors que Merkel cherche à diriger le pays avec prudence dans une nouvelle phase permettant davantage d’activité économique, certains politiciens ont exprimé leurs craintes que toute action précipitée ne déclenche une deuxième vague d’infections.

« Nous sommes dans une phase critique. Il est à craindre qu’après les premières mesures de déconfinement certaines personnes deviennent imprudentes », a averti Katrin Goering-Eckardt, une personnalité des Verts, dans une interview accordée au quotidien financier Handelsblatt.

« Le déconfinement a donné le signal que le pire est derrière nous – mais ce n’est pas le cas », a ajouté Karl Lauterbach des partenaires de la coalition de Merkel, les sociaux-démocrates.

– Protestations –

Malgré de telles préoccupations, certains Allemands pensent que le pays n’agit pas assez rapidement pour assouplir les mesures de confinement.

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes du pays ce week-end pour protester contre les restrictions restantes, telles que le port d’un masque dans les transports publics et la limitation des contacts sociaux.

Les tensions ont augmenté lors d’un rassemblement à Berlin samedi, où des centaines de manifestants ont scandé « Liberté, liberté » et certains ont jeté des bouteilles sur la police. Plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées.

À Munich, où quelque 3000 manifestants se sont rassemblés samedi, la police a critiqué les participants pour ne pas avoir respecté les règles de distanciation sociale.

Les démos, qui se sont agrandies ces dernières semaines, ont surtout attiré un mélange de sympathisants d’extrême droite et d’extrême gauche.

Mais ils deviennent de plus en plus courants.

Un homme politique bien connu du parti libéral-démocrate libéral (FDP), Thomas Kemmerich, a été critiqué pour avoir rejoint une manifestation dans l’État de Thuringe à laquelle ont également assisté des membres du parti d’extrême droite AfD.


Translate »
%d blogueurs aiment cette page :