Hôpital à renflouer, usines Renault à préserver, le gouvernement joue les anges gardiens

Alerte Covid-19

Restez prudent, réduisez vos déplacements et appliquez les gestes barrières


Tout en surveillant de très près le bilan sanitaire qui commande la poursuite ou non du déconfinement et des municipales, le gouvernement veut avancer vite sur le « Ségur » de l’hôpital mais doit maintenant s’occuper du sort des usines Renault qui semblent menacées.

A l’issue du Conseil des ministres mercredi, Olivier Véran a espéré aboutir « au plus tard mi-juillet » sur le plan promis pour l’hôpital — le « Ségur de la Santé » — dont les négociations avec les syndicats commenceront dès ce lundi.

Au menu, des hausses de salaires pour les soignants, a-t-il de nouveau assuré, mais aussi des réorganisations et un allègement du « carcan qui empêchent ceux qui le souhaitent de travailler davantage » — autrement dit un assouplissement des 35 heures.

Sur la réforme hospitalière, « nous n’avons été ni assez vite ni assez fort« , a-t-il déclaré, critiquant à mots couverts les plans de sa prédécesseuse Agnès Buzyn.

Au plan sanitaire, il faudra attendre encore quelques jours pour savoir si l’épidémie connaît un rebond, a expliqué Olivier Véran. « Le nombre de malades continue de décroître dans notre pays, mais le virus est encore là et nous devons tous rester extrêmement vigilants« , a insisté le ministre de la Santé.

Mais ce sont les dossiers économiques qui prennent le pas pour l’instant, en particulier le secteur automobile, pour lequel le gouvernement envisage un plan la semaine prochaine, a confirmé Sibeth Ndiaye.

« Intransigeants »

Le gouvernement a tenté mercredi d’apaiser les inquiétudes sur le sort des usines du groupe Renault, qui doit dévoiler le 29 mai les contours d’un plan d’économies de deux milliards d’euros et finaliser un prêt bancaire d’environ cinq milliards d’euros garanti par l’Etat.

AFP/Archives / ERIC PIERMONT L’entrée de l’usine Renault de Flins en février 2017

Selon le Canard Enchaîné, pour faire face à l’effondrement des ventes, le constructeur au losange envisagerait d’arrêter quatre sites en France, dont celui de Flins (Yvelines) qui assemble la citadine électrique Zoe et la Nissan Micra.

Interrogé lors de la séance de questions au Sénat, Edouard Philippe a affirmé mercredi que le gouvernement serait « intransigeant » sur la « préservation » des sites de Renault en France.

« Il y a une forme de responsabilité de l’entreprise à avancer, à se transformer mais aussi à tenir compte des réalités du pays qui l’accueille et d’une certaine façon le fait vivre« , a mis en garde le Premier ministre.

L’hypothèse de ces fermetures a indigné les syndicats. « Quand on veut réindustrialiser le pays, c’est impensable !« , a averti mercredi sur RTL Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT.

Des clusters, sans surprise

AFP / Loic VENANCE Une infirmière enfile sa surblouse de protection avant d’entrer dans la chambre d’un patient malade du coronavirus, dans l’unité de soins intensifs du CHU de Nantes, le 19 mai 2020

De nouveaux clusters du Covid-19 ont été découverts mais sans inquiéter outre mesure le ministre de la Santé. « Il n’est pas anormal, il est même attendu qu’on découvre des clusters, c’est-à-dire des groupes de cas liés par des chaînes de contamination« , a-t-il dit.

« Il faut au moins 10 à 15 jours pour qu’on puisse savoir si il y a un impact sur l’épidémie, mais nous voyons une réduction du nombre d’hospitalisations nouvelles, du nombre d’admissions en réanimation, donc on n’assiste pas à une recroissance de la circulation du virus, ce qui ne veut pas dire que le virus ne circule pas« .

Pas moins de huit nouveaux foyers de contamination de coronavirus ont par exemple été identifiés dans la région Grand Est depuis le 11 mai, premier jour de déconfinement.

Une attention toute particulière est donnée aux abattoirs, après la découverte de plusieurs cas. Ainsi, plus de 800 salariés ont été testés mardi dans les Côtes d’Armor à la suite d’un premier signalement, le 13 mai, dans l’entreprise Kermené, une filiale du « Mouvement E. Leclerc« .

AFP / Simon MALFATTO Augmentations journalières des morts du Covid-19 en France, des personnes en réanimation, des hospitalisations et des sorties d’hôpital, au 19 mai

Le bilan de l’épidémie a été revu à la baisse mardi soir, à au moins 28.022 morts, en raison de chiffres révisés à la baisse dans les Ehpad et établissements médico-sociaux, alors que le nombre de décès dans les hôpitaux s’élève de son côté à 17.714, soit 125 de plus que lundi.

« Un bilan définitif. Il sera publié avant fin juin« , a annoncé pour sa part Geneviève Chêne, directrice de Santé publique France, dans un entretien au Parisien.

Une importante campagne de dépistage va être également menée cette semaine au sein du commissariat central de Lille, après l’identification de six cas de Covid-19 positifs, et dans celui d’Arras, après au moins deux cas détectés.

Rencontre avec les partis

AFP/Archives / NICOLAS TUCAT Lors du premier tour des élections municipales le 15 mars 2020 à Bordeaux

Sur le plan politique, l’exécutif est à la recherche d’un consensus large sur l’organisation du second tour des municipales, afin d’éviter les critiques post premier tour en mars.

Le gouvernement doit envoyer son rapport au Parlement entre vendredi et samedi, a appris l’AFP auprès de l’entourage d’Edouard Philippe.

Le Premier ministre a rendez-vous sur ce sujet en début de soirée avec les chefs de partis, armé du récent rapport du conseil scientifique.

Très prudent, le Conseil scientifique a souligné la difficulté « d’anticiper une situation incertaine pour les semaines à venir« . Au point qu’il juge nécessaire de procéder à une nouvelle évaluation des conditions sanitaires 15 jours avant la date retenue, si les élections avaient lieu en juin.


Edité par ©Darius Fawkes pour WPA – TVPC
par Delphinidia avec AFP

Copyright numéro: 00067724-1
linktr.ee/Darius_Fawkes

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :