Mory Kanté décède « Yéké Yéké »


Alerte Covid-19

Restez prudent, réduisez vos déplacements et appliquez les gestes barrières


La culture africaine est en deuil aujourd’hui avec la mort de ce chanteur à l’âge de 70 ans.

Porteur d’une maladie chronique depuis des années, il venait régulièrement en France faire des soins, mais le covid l’a contraint à se faire soigner chez lui, en guinée où la situation sanitaire est catastrophique.

Sa vie

C’est en plein Empire mandingue dans un petit village du sud de la GuinéeAlbadariya, près de Kissidougou, que naît Mory Kanté le 29 mars 1950.

Son père, El Hadj Djeli Fodé Kanté, est déjà un très vieil homme et Mory compte parmi les plus jeunes de ses 38 enfants. La famille Kanté est une célèbre famille de griots, des poètes, chanteurs, historiens et journalistes à la fois, véritables mémoires vivantes dont le rôle est depuis la nuit des temps de conter en musique les épopées sans fins des familles et des peuples.

Il ira à l’école française puis intgre l’école des beaux arts de Bamako.

 Mory Kanté arrive en France en plein hiver avec la ferme intention d’aller plus loin encore dans ses expériences musicales et de se faire connaître en Europe.

En 2001, Mory Kanté a été nommé Ambassadeur de bonne volonté de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)11, organisation spécialisée du système des Nations unies, créée en 1945 à Québec (Canada) dont l’objectif est construire un monde libéré de la faim.

Son parcours

Nous n’oublierons jamais son tube Yéké Yéké, chanson d’amour de musique africaineafrobeatelectronic dance music de 1987 qui lui avait permis de remporter une Victoire de la musique en 1988. Grâce à cette musique il deviendra l’auteur africain le plus vendu dans le monde.
Il a inspiré de nombreux joueurs de djembé, de cœurs ou de cuivres.

Après doit son succès aux années 80 dans de nombreux pays, mais il a choisi de continuer sa carrière en afrique pour produit une musique plus traditionnelle.

Dès les années 2000 il se consacre à une musique plus accoustique mais toujours liée au jazz qu’il aime par dessus tout.

Fort de son succès, il sera traduit en hébreux, arabe, chinois, hindi, portugais, anglais ou encore espagnol. 

 « La culture africaine est en deuil. Mes condoléances les plus attristées… Merci l’artiste. Un parcours exceptionnel. Exemplaire. Une fierté », a tenu à saluer le président de la Guinée, Alpha Condé.

Nous continuerons à chanter et danser sur ses chansons envoûtantes.

source wikipedia


Translate »
%d blogueurs aiment cette page :