Les algues de la discorde


Alerte Covid-19

Restez prudent, réduisez vos déplacements et appliquez les gestes barrières


Agnès Léraud, cette journaliste accusée

Journaliste indépendante, elle enquête sur le monde agroalimentaire breton et publie une BD en 2019 intitulée « Algues vertes, l’histoire interdite », cosigné notamment par Yann Arthus Bertrand, Florence Aubenas et José Beauvais.

Elle y dénonce « les lobbys du secteur agroalimentaire », et « les liens étroits entre les politiques et le décideurs économiques » locaux.

Elle a rapidement fait le rapprochement entre les algues vertes et les usines agroalimentaire dénonçant leur impact environnemental et social, et leurs méthodes de production.

elle écrit et réalise depuis 2008 des documentaires diffusés sur France CultureFrance Inter et Arte radio et revendique le journalisme d’investigation.

après avoir rejoint le comité éditorial de Disclose, elle subit des pressions de la part d’élus locaux en 2020

 L’édition d’Algues vertes, l’histoire interdite en breton est également annulée par l’éditeur régional car il avait peur de perdre ses subventions du Conseil régional de Bretagne.

La journaliste y rappelle les faits, la prolifération des ulves sur le littoral, les différentes affaires de décès où l’hydrogène sulfuré est incriminé, mais aussi la manière dont les explications scientifiques du phénomène des marées vertes sont battues en brèche par le « lobby agroalimentaire » breton dont elle montre les imbrications et les ramifications.

Deux procès

Suite à ses articles elle devra essuyer deux plaintes, une par Christian Buson et une autre par le groupe Chéritel Trégor.

Le groupe Chéritel Trégor

 L’entreprise, créée en 1987, emploie une centaine de salariés et réalise 40 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Le gérant de l’entreprise Jean Chéritel a été condamné par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc à trois mois de prison avec sursis pour d’importantes quantités de tomates étrangères achetées par l’usine, et, en 2017, revendues « francisées »à la grande distribution.

Convoquée au TGI de Paris les 20 et 21 janvier 2021, elle est accusée de diffamation par Jean Chéritel, patron du groupe Cheritel Trégor condamné en 2018 pour avoir employé illégalement des intérimaires bulgares ou encore pour « tromperie sur l’origine des produits ».

Christian Buson

Président-fondateur de l’Institut Scientifique et Technique de l’Environnement, et de la Santé (ISTES).
Il est aussi président d’un Institut de l’environnement, basé à Liffré (Ille-et-Vilaine)

Contrairement à l’IFREMER, et à l’INRA, il affirme que « Les agriculteurs bretons ne sont pour rien dans la multiplication des algues vertes » ; « le nitrate déversé dans les champs de la région n’est pas le déclencheur de cette pollution ».

Dans un article du journal le monde il dira même qu’il y aurait d’autant moins de raisons de chercher à réduire les rejets de nitrates dans les rivières bretonnes et que « plus on mange de nitrate et de nitrite, mieux on se porte ».

Les associations s’insurgent, comme Eaux Et Rivières :
« L’Institut de l’environnement sert les intérêts de groupes pour qui les normes environnementales sont une menace mais qui préfèrent, pour des raisons de communication, avancer masqués »

intimidation

« ces plaintes sont autant de tentatives d’intimidation pour nous faire taire, moi et les témoins qui osent se confier à moi »

Un collectif de défense de la journaliste s’est donc créé  avec une pétition mise en ligne.en dénonçant notamment comment une maison d’édition bretonne qui avait envisagé de traduire la BD « Algues Vertes, Une histoire interdite » en breton, « a préféré renoncer par peur de perdre des subventions du Conseil régional de Bretagne ».

La région se défend toute fois d’avoir censuré quoi que ce soit…

sources
Eaux et rivières
le monde
france3
ouest france
ouest france bretagne



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :