L’UE envisage le premier sommet en face à face depuis des mois pour négocier le budget


Les dirigeants européens pourraient se rencontrer lors d’un sommet dans les semaines à venir pour négocier le prochain budget commun et un fonds de relance de la lutte contre le coronavirus, afin de suspendre les règles de verrouillage imposées pour contenir la pandémie, ont déclaré les diplomates et les fonctionnaires.

L’Union européenne a du mal à fonctionner par vidéoconférence

L’Union européenne a du mal à fonctionner par vidéoconférence depuis qu’elle a mis en place un verrouillage progressif en mars pour freiner la propagation du coronavirus, qui a ravagé l’économie de l’UE et empêché les réunions régulières de ses dirigeants nationaux.

Cependant, peu de personnes dans le centre de l’Union, Bruxelles, pensent que les marchandages intenses qui ont lieu habituellement pour les accords budgétaires de l’UE pourraient fonctionner sur Webex, et la plupart des États membres de l’UE ont en tout cas assoupli leur verrouillage, les taux d’infection ayant diminué.

« Le budget et le Fonds de relance ne peuvent être convenus sans un sommet physique. Je n’ai encore rencontré personne qui penserait que c’est possible par vidéoconférence », a déclaré un diplomate européen de haut rang.

reproduire l’atmosphère de leurs sommets

Les questions techniques, les problèmes de traduction et le caractère moins personnel des appels vidéo font qu’il est difficile pour les dirigeants européens de reproduire l’atmosphère de leurs sommets qui durent toute la nuit, une caractéristique de Bruxelles où ils se réunissent pour marchander des politiques communes.

La Commission européenne, organe exécutif de l’Union, proposera mercredi son projet de budget pour les 27 États membres, connu sous le nom de cadre financier pluriannuel et représentant environ un trillion d’euros, ainsi que le fonds de reconstitution des stocks de coronavirus qui l’accompagne.

Les capitales nationales de l’Union européenne vont ensuite s’efforcer d’en tirer le meilleur parti, après que la France et l’Allemagne se sont unies pour soutenir l’octroi de subventions d’une valeur de 500 milliards d’euros par le biais du nouveau fonds destiné à relancer la croissance économique.

L’Autriche, la Suède, le Danemark et les Pays-Bas se sont déclarés opposés au plan franco-allemand et ont demandé que l’aide soit accordée sous forme de prêts remboursables plutôt que de subventions gratuites.

Les pays les plus pauvres et les plus à l’est de l’UE ont averti que les généreuses aides au développement qu’ils reçoivent normalement pour rattraper leurs pairs plus riches doivent être cannibalisées par toute nouvelle aide aux pays les plus durement touchés par la pandémie.


Translate »
%d blogueurs aiment cette page :