Covid la Chine reconfine



Nouvelle vague ?

La Chine a annoncé hier 57 nouveaux cas confirmés de Covid-19, le plus haut chiffre quotidien depuis avril, une deuxième vague épidémique commence donc à inquiéter le Pays.
A l’échelle nationale, 177 personnes sont atteintes du  coronavirus aujourd’hui (gouvernement).

Mais ces chiffres,comme tous les autres sont difficiles à confirmer car certaines associations locales les mettent en doute en soupçonnant un manque de franchise du gouvernement.

L’application de messagerie chinoise WeChat censure certaines associations de mots-clés sur le virus depuis le 1er janvier 2020.

Selon l’infectiologue Karine Lacombecheffe du service des maladies infectieuses de l’Hôpital Saint-Antoine à Paris, de nombreux éléments des informations transmises par la Chine semblent douteux : selon elle l’épidémie a sans doute commencé en Chine beaucoup plus tôt qu’annoncé, probablement dès le mois de septembre 2019 ; quant aux chiffres de mortalité annoncés, ils semblent difficiles à croire au vu de la mortalité constatée en Italie ou en Espagne.

Même les services de renseignement américains ont émis des doutes quant à la fiabilité des statistiques chinoises.

Nous prenons des mesures « comme en temps de guerre » ont annoncé, samedi 13 juin, les responsables de l’arrondissement de Fengtai. 

A l’heure où l’Europe entame une nouvelle phase de déconfinement en rouvrant les écoles, les restaurants, les frontières, les restaurants et les lieux de culte, 11 zones résidentielles et les lieux publics culturels et sportifs chinois ont été de nouveau placés en confinement par le gouvernement aujourd’hui.

Il s’agit de districts de la ville de Pékin qui comme la ville de Wuhan en début d’épidémie, ont été placés en état de « guerre » sanitaire.

Un dépistage massif

La mairie de Pékin veut tester environ 46.000 personnes dans la capitale comptant 22 millions d’habitants.

Le foyer émane visiblement du marché de gros de Xinfadi, qui vend viandes, poissons ou légumes.
Toutes les personnes l’ayant fréquenté doivent donc se faire tester.

Le protocole

Le gouvernement chinois veut gérer la situation « comme en temps de guerre » selon les responsables de l’arrondissement de Fengtai. 

Dans les 24 points de dépistage mis en place, les pékinois doivent déclarer leur quartier d’origine.

Leurs proches et les personnes ayant pu les fréquenter sont repérées grace  au système d’analyse des localisations GPS ou encore des paiements en ligne.

Tout cas positif, on devra aller à l’hôpital.
Si le test est négatif, la personne devra quand même faire une quarantaine de 14 jours à domicile.

Une vaste campagne d’inspection a lieu dans toute la ville, sur la viande, la volaille et le poisson, dans les supermarchés, les entrepôts de stockage et les services de restauration.

Les élèves devront attendre avant de reprendre le chemin écoles primaires et tous les événements sportifs prévus sont annulés.

L’Europe et le Monde restent attentifs à l’évolution des contaminations dans ce Pays « à l’origine du virus ».

sources
le parisien
20minutes
wikipedia

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :