Stop covid le flop de l’application



L’application

 Stop Covid, activée depuis le 02 juin permet de déterminer si vous avez été en contact avec un autre utilisateur positif au coronavirus Covid-19.

Son but est d’éviter que le Covid-19 ne se propage dans la foule grâce au téléphone.

Selon la journaliste Sophie Neumayer « A Aucun moment, elle ne vous demande d’accéder à votre carnet d’adresses ou à vos données personnelles« .

L’application fonctionne grace au Bluetooth, votre téléphone enregistrant les autres appareils à proximité, à moins d’un mètre de distance.

Cette application apporte une aide complémentaire au travail des médecins et de l’Assurance maladie pour identifier les « personnes contacts » et les prendre en charge.

Selon le gouvernement, StopCovid est une application transparente, temporaire, utilisable sur la base du volontariat, qui s’inscrit dans le cadre de protection de la vie privée.

StopCovid permettrai de gagner du temps, dans la détection d’éventuelles personnes ayant été en contact avec un malade

Si une personne découvre qu’elle est malade, la recherche d’éventuelles contagions seraient simplifiée.

De nombreuses aides à l’utilisation ont été mises en place pour inciter les français à y adhérer.

Le flop

Le démarrage était très encourageant pour le gouvernement.

le seuil atteint d’environ 2 millions d’abonnés reste décevant.

Selon les spécialistes, il faudrait que 50 à 60 % des Français (sur 67 millions) adhérents à cette application.

Mais le frein principale semble être le manque de confiance général dans cette application.
Entre espionnage de la vie privée et présence éventuelle d’une puce, les Français ne se jettent pas sur l’installation du « stop covid ».

Le coût

Les campagnes d’information, la recherche et le climat sanitaire compliqué ainsi que la rapidité de mise en place du projet n’ont pas faciliter les choses, tant au niveau technique que judiciaire.

Coût d’exploitation de 200 000 à 300 000 €/ mois

Bien que mis au point gratuitement par plus de 130 chercheurs et contributeurs issus d’entreprises privées et d’organismes de l’État (Inria, Anssi, Capgemini, Dassault Systèmes, Inserm, Lunabee Studio, Orange, Santé Publique France, Withings), le coût de son fonctionnement est estimé à entre 200 000 et 300 000 € par mois.
Le coût d’hébergement, de maintenance et d’exploitation est lui aussi pointé du doigt dans un article de L’Obs.

sources
francetvinfo
economie.gouv
L’Obs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :