Covid_19 : Angéla Merkel déclare que l’Allemagne veut soutenir l’UE secouée par la pandémie.


La pandémie de coronavirus a révélé la faiblesse de l’Union européenne et l’Allemagne profitera de sa présidence du bloc pour promouvoir la solidarité et la prospérité économique parmi ses 27 États membres, a déclaré jeudi la chancelière Angela Merkel.

Dans un discours au Parlement, Merkel a déclaré que le défi le plus immédiat pour le bloc, en proie à plus de 100 000 décès liés à COVID-19 et confronté à sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale, était de se mettre d’accord sur un budget pluriannuel et un fonds de relance.

« La pandémie a révélé à quel point le projet européen est encore fragile », a déclaré Mme Merkel, déplorant la réaction initiale « plutôt nationale et non européenne » des gouvernements de l’UE, y compris le sien, face à la pandémie. « La cohésion et la solidarité n’ont jamais été aussi importantes qu’aujourd’hui ».

Le 1er juillet, l’Allemagne prendra la présidence de l’UE pour six mois. Selon Mme Merkel, les États membres attendent beaucoup de la plus grande économie du bloc, qui est aussi son trésorier.

Vendredi, les dirigeants européens débattront pour la première fois du plan de relance de la Commission européenne, doté de 750 milliards d’euros (842,93 milliards de dollars), ainsi que d’une proposition de 1 100 milliards d’euros pour le prochain budget de l’UE pour 2021-2027. Le plan devra être approuvé par tous les États membres.

Mme Merkel a déclaré qu’elle attendait un accord sur les plans de dépenses lors d’une réunion physique des dirigeants européens plus tard dans l’année, minimisant ainsi les chances d’une percée lors d’un sommet par vidéoconférence vendredi.

« Je ferai en sorte que le Conseil européen prenne une décision sur un accord de financement pluriannuel et un fonds de relance aussi rapidement que possible », a déclaré Mme Merkel.

La pandémie a frappé le bloc alors qu’il était aux prises avec d’autres défis majeurs comme la recherche d’une stratégie commune pour contrer l’essor économique stellaire de la Chine, le traitement d’une administration américaine hostile et la réalisation de la souveraineté technologique et militaire.

Mme Merkel a abordé certains de ces sujets lorsqu’elle a exposé ses objectifs pour la présidence allemande de l’UE. Elle a exhorté l’UE à parler d’une seule voix à la Chine et à assumer davantage de responsabilités au niveau mondial, notamment en promouvant la démocratie et les droits de l’homme.


Reportage de Paul Carrel et Michael Nienaber ; Rédaction de Joseph Nasr pour Reuters; traduit et édité par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :