Poutine utilise l’anniversaire de la Seconde Guerre mondiale pour promouvoir l’idée d’un sommet soutenu par la Russie afin de stabiliser le monde


Le président Vladimir Poutine a appelé les dirigeants des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU à conclure un accord pour tenir un sommet face à face afin d’essayer de résoudre les problèmes du monde le plus rapidement possible.

Poutine a lancé cet appel dans un article en anglais publié tard jeudi dans le magazine américain d’affaires internationales The National Interest, dans lequel il examine les événements de la Seconde Guerre mondiale avant un défilé sur la Place Rouge la semaine prochaine pour marquer le 75ème anniversaire de la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie.

« Aujourd’hui, comme en 1945, il est important de faire preuve de volonté politique et de discuter de l’avenir ensemble », a écrit M. Poutine.

Il a proposé un tel sommet en janvier et les quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies – les États-Unis, la Chine, la France et la Grande-Bretagne – ont donné leur accord de principe.

Moscou espère que le sommet pourra avoir lieu une fois que les craintes concernant le coronavirus se seront dissipées, bien que ses relations avec l’Occident, et en particulier avec les États-Unis, soient tendues sur tous les plans, de la Syrie et de l’Ukraine aux prétendues ingérences politiques russes à l’étranger.

Le sommet discutera de l’économie mondiale, de la sécurité mondiale, du contrôle des armements, de l’extrémisme, du cyberespace et du changement climatique, a déclaré Moscou. Poutine a déclaré que Moscou avait des idées et des initiatives spécifiques sur tous ces thèmes.

« En nous appuyant sur une mémoire historique commune, nous pouvons et devons nous faire confiance. Cela constituera une base solide pour des négociations réussies et une action concertée en vue de renforcer… la stabilité et la sécurité sur la planète », a écrit M. Poutine.

Dmitri Trenin, directeur du Centre Carnegie de Moscou et ancien colonel de l’armée russe, a déclaré que l’article donnait l’impression que Poutine essayait de transformer le sommet en un « format mondial suprême », un objectif qu’il a qualifié de très ambitieux.

« La Russie peut suggérer mais c’est aux Etats-Unis et à la Chine de décider s’ils sont prêts. 2020 n’est pas 1945 », a écrit M. Trenin sur Twitter.


Reportage de Tom Balmforth/Andrew Osborn ; traduit et publié par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :