Google paiera les éditeurs de presse pour la diffusion de leur contenu



bras de fer avec les éditeurs de presse

Google va payer certains éditeurs en Australie, au Brésil et en Allemagne pour le contenu
Alphabet’s Google a franchi jeudi une étape dans la résolution de sa prise de bec avec les éditeurs, affirmant qu‘il paierait certains groupes de médias en Australie, au Brésil et en Allemagne pour des contenus de haute qualité et compte conclure davantage de marchés avec d’autres.

Les éditeurs demandent leur reconnaissance

Le géant américain de l’internet tente depuis des années de repousser les demandes de paiement des éditeurs de presse du monde entier en échange de l’utilisation de leurs contenus, les groupes de médias européens comptant parmi leurs plus féroces détracteurs.


« Aujourd’hui, nous annonçons un programme de licence pour payer les éditeurs de contenu de haute qualité pour une expérience d’information qui sera lancée plus tard cette année », a déclaré Brad Bender, vice-président de Google pour l’information.

« Nous commencerons par les éditeurs de plusieurs pays du monde entier, et d’autres viendront bientôt », a-t-il déclaré.
Le nouveau produit sera disponible sur Google News et Discover.
M. Bender a ajouté que Google proposerait également de payer pour que les utilisateurs puissent lire des articles payants sur le site d’un éditeur, le cas échéant.

Les éditeurs qui seront payés pour leur contenu sont les sociétés allemandes Der Spiegel, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Die Zeit et Rheinische Post, les groupes australiens Schwartz Media, The Conversation et Solstice Media, et les sociétés brésiliennes Diarios Associados et A Gazeta.

En avril, l’autorité française de la concurrence a ordonné à Google de payer les éditeurs français pour l’utilisation de leur contenu, tandis que l’Australie a déclaré qu’elle obligerait la société et Facebook à partager les revenus publicitaires avec les groupes de médias locaux.

pour reuters Foo Yun Chee
traduit par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :