Des responsables saoudiens et américains demandent, la prolongation de l’embargo des Nations unies sur les armes à destination de l’Iran.


Lundi, des responsables saoudiens et américains ont exhorté la communauté internationale à prolonger l’embargo sur les armes imposé par l’ONU à l’Iran, affirmant que le fait de laisser l’embargo expirer permettrait à Téhéran d’armer davantage ses mandataires et de déstabiliser la région.

L’embargo sur les armes imposé à l’Iran depuis 13 ans doit expirer en octobre selon les termes de l’accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales pour 2015. La Russie et la Chine ont fait savoir qu’elles s’opposaient à la prolongation de l’embargo. Tous deux opposent leur veto au Conseil de sécurité des Nations unies, qui décidera de la question.

« Malgré l’embargo, l’Iran cherche à fournir des armes à des groupes terroristes, alors que se passera-t-il si l’embargo est levé ? L’Iran va devenir plus féroce et plus agressif », a déclaré le ministre d’Etat saoudien aux affaires étrangères Adel al-Jubeir lors d’une conférence de presse conjointe avec l’envoyé américain en Iran Brian Hook à Riyad.

Jubeir a déclaré qu’une cargaison d’armes iraniennes destinée au mouvement Houthi du Yémen, aligné sur l’Iran, a été saisie pas plus tard que dimanche. Une coalition dirigée par les Saoudiens combat les Houthis au Yémen depuis cinq ans.

Le lieu de la conférence présentait des armes, dont des drones et des missiles, qui, selon les autorités saoudiennes, ont été utilisées dans des attaques Houthis transfrontalières sur des villes saoudiennes et qui ont été fournies au groupe par Téhéran.

« Nous demandons à la communauté internationale de prolonger l’embargo sur la vente d’armes à l’Iran et sur la capacité de l’Iran à vendre des armes au monde entier », a déclaré M. Jubeir.

L’Iran refuse d’armer les groupes du Moyen-Orient, y compris les Houthis, et rejette la responsabilité des tensions régionales sur les Etats-Unis et leurs alliés dans la région.

Selon M. Hook, la levée de l’interdiction ne ferait qu' »enhardir » Téhéran, engendrerait une plus grande instabilité et déclencherait une course aux armements dans la région.

« Ce n’est pas un résultat que le Conseil de sécurité des Nations unies peut accepter. Le mandat du Conseil est clair : maintenir la paix et la sécurité internationale », a ajouté M. Hook.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :