Les autorités de Hong Kong déçues par la décision du Canada de suspendre le pacte d’extradition.


De hauts fonctionnaires de Hong Kong ont déclaré samedi qu’ils étaient « très déçus » de la décision du Canada de suspendre son traité d’extradition avec la ville chinoise et ont de nouveau reproché à Washington de « s’ingérer » dans ses affaires.

Pékin a imposé cette semaine une nouvelle loi de sécurité nationale à l’ancienne colonie britannique, malgré les protestations des habitants de Hong Kong et des nations occidentales, mettant ainsi la ville la plus libre de Chine et un important centre financier sur une voie plus autoritaire.

« Le gouvernement canadien doit expliquer à l’État de droit, et expliquer au monde, pourquoi il permet aux fugitifs de ne pas assumer leurs responsabilités légales », a déclaré le chef de la sécurité de Hong Kong, John Lee, lors d’un programme radio samedi.

M. Lee s’est dit très déçu et fortement opposé à la décision du Canada, a-t-il ajouté, car elle laisse la politique l’emporter sur l’État de droit.

Ces commentaires faisaient suite à la déclaration du Canada vendredi dernier, selon laquelle il suspendait le traité avec Hong Kong à la suite de la nouvelle loi et pourrait stimuler l’immigration en provenance de la ville.

Le Canada interdira également l’exportation d’articles militaires sensibles vers Hong Kong, a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau aux journalistes.

Dans l’émission de samedi, Teresa Cheng, ministre de la justice de Hong Kong, s’est dite déçue et a exprimé son extrême regret de la décision du Canada, ajoutant qu’elle pensait qu’elle pourrait probablement violer le droit international.

Vendredi, un porte-parole du gouvernement de Hong Kong a qualifié de « totalement inacceptable » un projet de loi adopté par le Sénat américain visant à pénaliser les banques qui font des affaires avec des fonctionnaires chinois qui appliquent la nouvelle loi.

Nous réitérons que toute « sanction » imposée en vertu de la loi ne créera pas d’obligation pour les institutions financières en vertu de la loi de Hong Kong », a déclaré le porte-parole dans une déclaration.

Il a exhorté les États-Unis à cesser immédiatement de s’ingérer dans les affaires internes de Hong Kong, ajoutant que Pékin, ainsi que le gouvernement de la ville, pourraient prendre des contre-mesures si nécessaire.

Source photo : Reuters.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :