Le Premier ministre grec déclare qu’il n’acceptera pas les conditions strictes de l’UE concernant l’aide COVID-19.


La Grèce n’acceptera pas de conditions strictes de l’Union européenne sur l’utilisation de l’aide d’urgence pour le coronavirus, a déclaré le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis au journal Financial Times dans une interview publiée dimanche.

« Les Grecs ont beaucoup mûri. Et nous voulons faire nos propres réformes », aurait-il déclaré.

Un examen semestriel des performances économiques effectué par la Commission européenne est suffisant et il n’est pas nécessaire d’imposer une « conditionnalité stricte supplémentaire », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a déclaré au CE que la Grèce avait un « programme de réforme très agressif » qui se concentrerait sur « la transition verte », « la transition numérique » et des encouragements aux investissements en partie par le biais d’un programme de privatisation.

Vendredi, lors de son intervention au Parlement, il a annoncé de nouvelles mesures d’une valeur de 3,5 milliards d’euros (4,0 milliards de dollars) pour soutenir les entreprises touchées par un verrouillage imposé pour contenir la propagation de l’épidémie de coronavirus.

La Grèce est sortie en 2018 d’une crise de la dette qui a duré dix ans et espérait une forte croissance en 2020. Mais le verrouillage national imposé en mars pour prévenir les infections à coronavirus a bouleversé ces attentes.

L’économie grecque devrait se contracter d’environ 8 à 10 % cette année avant de se redresser en 2021.

Source photo : Reuters.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :