Selon le ministre britannique, Huawei doit remplir des conditions pour participer au réseau 5G.


La société chinoise Huawei a des conditions claires à remplir pour que la Grande-Bretagne continue à autoriser sa participation au développement de l’infrastructure de télécommunications 5G, a déclaré dimanche le ministre britannique de la santé, après un rapport selon lequel la société serait interdite du projet.

Les responsables élaborent des propositions pour arrêter l’installation des équipements de Huawei Technologies dans un délai de six mois seulement, a rapporté le Sunday Telegraph, dans un revirement d’une décision prise plus tôt cette année.

Interrogé sur le rapport, le ministre de la santé Matt Hancock a refusé de le commenter spécifiquement mais a déclaré que la recommandation initiale avait toujours été conditionnelle.

« Je ne ferais pas de commentaires sur des fuites de ce genre. Ce que je peux dire, c’est que lorsque nous avons publié un rapport intérimaire sur ce sujet plus tôt dans l’année, il y avait un certain nombre de conditions qui devaient être remplies », a-t-il déclaré.

« Je suis sûr que le Conseil national de sécurité examinera ces conditions et prendra la bonne décision à ce sujet, pour s’assurer que nous disposons à la fois d’une infrastructure de télécommunications très solide… mais aussi qu’elle est sécurisée ».

Le Premier ministre Boris Johnson, qui en janvier a permis à Huawei de jouer un rôle limité dans le réseau 5G britannique, a fait face à une pression intense des États-Unis et de certains législateurs britanniques pour interdire le fabricant d’équipements de télécommunications pour des raisons de sécurité.

Mardi, il a durci sa rhétorique sur Huawei, avertissant la Chine qu’il protégerait les infrastructures critiques des « vendeurs d’État hostiles ».

Les ministres ont également cité les sanctions américaines comme étant susceptibles d’avoir un impact sur la viabilité de Huawei en tant que fournisseur 5G.

Le rapport du Sunday Telegraph a déclaré que le Centre national de cybersécurité avait modifié ses recommandations sur Huawei car les sanctions forceraient l’entreprise à utiliser une technologie non fiable.

Source photo : Reuters.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :