Le Premier ministre britannique Johnson sous le feu des critiques, pour avoir relancé le jeu des accusations de décès dans les maisons de soins.


Le Premier ministre britannique Boris Johnson a été confronté à une tempête grandissante mardi après avoir déclaré que certaines maisons de soins n’avaient pas suivi les procédures pour endiguer la propagation des décès dus au COVID-19, suscitant une accusation selon laquelle il essayait de réécrire l’histoire.

La Grande-Bretagne a l’un des taux de mortalité les plus élevés au monde pour COVID-19, avec plus de 44.000 décès, dont environ 20.000 dans les maisons de soins, selon les statistiques du gouvernement.

Alors que le gouvernement a été fortement critiqué par les politiciens de l’opposition et certains médecins pour la lenteur de la fourniture de vêtements de protection et des tests dans les maisons de soins, Johnson a semblé suggérer que la responsabilité des épidémies était imputable aux maisons de soins elles-mêmes.

« Nous avons découvert que trop de maisons de soins ne suivaient pas vraiment les procédures comme elles auraient pu le faire, mais nous en tirons des leçons », a déclaré Johnson lundi.

Mark Adams, directeur général de l’association caritative Community Integrated Care, s’est dit « incroyablement déçu » par les commentaires de M. Johnson, les qualifiant de maladroits et de lâches, ajoutant qu’ils représentaient une réécriture dystopique de l’histoire.

Il a déclaré à la BBC qu’il était « franchement inacceptable de recevoir un commentaire qui blâme le système d’aide sociale de manière presque désinvolte, et de ne pas lever les mains pour avoir commencé trop tard, pour avoir fait les mauvaises choses, pour avoir fait erreur après erreur ».

« Si c’est vraiment son point de vue, je pense que nous entrons presque dans une réalité alternative kafkaïenne ».

Un rapport spécial de Reuters a détaillé comment l’attention portée par le gouvernement à la prévention de l’engorgement des services d’urgence a laissé les résidents et le personnel des maisons de soins exposés à COVID-19.

Afin de libérer des lits d’hôpitaux, de nombreux patients ont été transférés dans des maisons de retraite et de soins aux personnes vulnérables, souvent sans avoir été testés pour le coronavirus.

Suite à ses commentaires, un porte-parole de Johnson a déclaré « Tout au long de cette crise, les maisons de soins ont fait un travail brillant dans des circonstances très difficiles.

« Le Premier ministre soulignait que personne ne savait quelles étaient les procédures correctes car l’ampleur de la transmission asymptomatique n’était pas connue à l’époque », a-t-il déclaré.


Rédaction par Nick Macfie, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :