Le Royaume-Uni affirme qu’il peut attirer les investissements et défendre les valeurs après le conflit de Huawei.


La Grande-Bretagne peut à la fois rester une destination populaire pour les investissements étrangers et défendre ses valeurs, a déclaré mardi son ministre des affaires, après que la Chine ait averti qu’un différend sur la firme technologique Huawei pourrait entraîner de nombreuses « conséquences ».

Les tensions sont montées entre la Grande-Bretagne et la Chine après que Londres se soit jointe à Washington pour critiquer la nouvelle loi de sécurité nationale de Pékin pour l’ancienne colonie britannique de Hong Kong et ait signalé qu’elle pourrait revenir sur sa décision d’utiliser le kit Huawei dans son réseau 5G.

L’ambassadeur de Chine à Londres, Liu Xiaoming, a déclaré lundi que les milieux d’affaires de son pays surveillaient de près la décision concernant Huawei et que la Grande-Bretagne risquait de perdre sa réputation d’environnement ouvert et favorable aux affaires.

La Grande-Bretagne est en train de définir une nouvelle politique étrangère alors qu’elle se prépare à quitter complètement l’Union européenne à la fin de l’année.

« Je ne pense pas qu’il y ait d’incohérence à accueillir les investissements étrangers tout en défendant les valeurs et les intérêts du Royaume-Uni et notre sécurité », a déclaré le ministre des affaires Alok Sharma.

La Grande-Bretagne a accordé à Huawei un rôle limité dans ses futurs réseaux 5G en janvier, mais les ministres ont depuis déclaré que l’introduction de sanctions américaines sur la société signifie qu’elle pourrait ne plus être un fournisseur fiable.

Les fonctionnaires britanniques ont déclaré qu’un examen des implications des sanctions, qui visent à couper l’accès de Huawei aux fabricants de puces américains, était pratiquement terminé et que les ministres prendraient bientôt une décision.

L’ambassadeur de Chine a déclaré que cela montrait que la Grande-Bretagne rebondissait désormais « à l’écoute des autres pays » et s’est demandé comment la Grande-Bretagne pouvait être « géniale » si elle n’avait plus de politique étrangère indépendante.

Il a dit qu’il ne voulait pas spéculer sur la décision du gouvernement concernant Huawei, mais que les sanctions américaines sur la société auraient des implications pour la Grande-Bretagne.


Source photo : John Sibley Reuters ; rédaction par William Schomberg, Nick Macfie, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :