Les organisateurs du boycott publicitaire de Facebook voient dans la réunion de Zuckerberg « aucun engagement à agir ».


Les organisateurs d’un boycott publicitaire croissant de Facebook Inc ont déclaré qu’ils ne voyaient « aucun engagement à agir » après avoir rencontré le directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, mardi.

Plus de 900 annonceurs ont adhéré à la campagne « Stop Hate for Profit », organisée par des groupes de justice sociale, dont la Ligue antidiffamation (ADL) et Free Press, pour faire pression sur le plus grand réseau de médias sociaux du monde afin qu’il prenne des mesures concrètes pour bloquer les discours de haine et la désinformation, à la suite du décès de George Floyd en garde à vue.

« Ils (Facebook) se sont présentés à la réunion en s’attendant à un A pour leur présence », a déclaré Rashad Robinson, président de Color of Change, l’un des organisateurs du boycott, lors d’un appel à la presse qui a suivi la réunion.

La campagne, qui demande aux annonceurs de mettre en pause leurs publicités Facebook pour le mois de juillet, a mis en avant 10 changements qu’elle attend de Facebook, notamment permettre aux victimes de harcèlement grave de parler avec un employé de l’entreprise et accorder des remboursements aux marques dont les publicités apparaissent à côté de contenus offensants qui sont ensuite retirés.

Color of Change a déclaré dans un communiqué que la seule recommandation que M. Zuckerberg et la directrice des opérations Sheryl Sandberg ont tenté d’aborder lors de la réunion était de créer un poste de défense des droits civils au sein de l’entreprise, mais qu’ils ne s’engageraient pas à en faire un poste de cadre supérieur ou à définir ce rôle.

Facebook a « refusé d’offrir » une assistance en direct aux utilisateurs avec un représentant de Facebook, et n’a fourni aucun détail sur un audit indépendant sur les discours de haine dont il a discuté avec les annonceurs, a déclaré Color of Change.

Facebook n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires.


Rédaction par Chris Reese et Richard Chang, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :