La Chine et les États-Unis limitent le nombre de visas pour le Tibet.


La Chine a déclaré mercredi qu’elle imposera des restrictions de visa aux citoyens américains qui ont eu un comportement qu’elle a qualifié d' »exorbitant » sur le Tibet, en représailles apparentes contre les restrictions américaines sur les fonctionnaires chinois.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré mardi que les Etats-Unis limiteraient les visas de certains fonctionnaires chinois parce que Pékin fait obstacle aux voyages au Tibet des diplomates, journalistes et touristes américains et aux « violations des droits de l’homme » dans la région himalayenne.

Ces mesures surviennent alors que les relations entre les États-Unis se détériorent en matière de commerce, de technologie, de pandémie de coronavirus et de l’ancienne colonie britannique de Hong Kong.

Les États-Unis « devraient cesser d’aller plus loin sur la mauvaise voie pour éviter de nuire davantage aux relations sino-américaines et à la communication et à la coopération entre les deux pays », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, aux journalistes à Pékin.

La Chine a envoyé des troupes dans le Tibet montagneux et isolé en 1950 dans le cadre de ce qu’elle appelle officiellement une libération pacifique et y a régné d’une main de fer depuis lors.

Zhao a déclaré que Pékin n’autoriserait pas l’ingérence étrangère dans les affaires tibétaines et a ajouté que Pékin mettait en place certaines « mesures de protection » sur les visiteurs en raison de la géographie et du climat du Tibet.

Pompeo a déclaré que les Etats-Unis restaient engagés à soutenir une « autonomie significative » pour les Tibétains et le respect de leurs droits humains fondamentaux.

« L’accès aux zones tibétaines est de plus en plus vital pour la stabilité régionale, étant donné les violations des droits de l’homme commises par la RPC dans cette région, ainsi que l’échec de Pékin à prévenir la dégradation de l’environnement près du cours supérieur des principaux fleuves d’Asie », a déclaré Pompeo, en faisant référence à la République populaire de Chine.

Aujourd’hui, j’annonce des restrictions de visa pour les fonctionnaires du gouvernement de la RPC et du Parti communiste chinois qui sont déterminés à être « impliqués de manière substantielle dans la formulation ou l’exécution de politiques liées à l’accès des étrangers aux zones tibétaines », a-t-il déclaré.

Les relations américano-chinoises ont atteint leur point le plus bas depuis des années, depuis que la pandémie de coronavirus qui a débuté en Chine a durement frappé les États-Unis.

Pompeo a déclaré la semaine dernière que la nouvelle loi de sécurité nationale que la Chine a imposée à Hong Kong, malgré la garantie d’une large autonomie du territoire, était un affront à toutes les nations.


Source photo : Carlos Garcia Rawlins pour Reuters ; rédaction par Eric Beech, Richard Chang et Nick Macfie, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :