La Chine met les États-Unis au défi de réduire leur arsenal nucléaire, à un niveau équivalent.


La Chine serait « heureuse » de participer à des négociations trilatérales de contrôle des armements avec les Etats-Unis et la Russie, mais seulement si les Etats-Unis étaient prêts à réduire leur arsenal nucléaire au niveau de la Chine, a déclaré mercredi un haut diplomate chinois.

Washington a appelé à plusieurs reprises la Chine à se joindre aux négociations trilatérales pour prolonger New START, un traité phare sur les armes nucléaires entre les Etats-Unis et la Russie qui doit expirer en février prochain.

Fu Cong, chef du département du contrôle des armes du ministère chinois des affaires étrangères, a répété mercredi aux journalistes à Pékin que la Chine n’a aucun intérêt à se joindre aux négociations avec les anciennes superpuissances de l’époque de la guerre froide, étant donné que l’arsenal nucléaire américain est environ 20 fois plus important que celui de la Chine.

« Je peux vous assurer que si les États-Unis se disent prêts à descendre au niveau de la Chine, celle-ci serait heureuse de participer le lendemain », a-t-il déclaré. « Mais en fait, nous savons que cela n’arrivera pas. »

Fu a affirmé que pour les États-Unis, demander à la Chine de participer aux négociations trilatérales n’est « rien d’autre qu’un stratagème pour détourner l’attention » et une excuse pour que les États-Unis se retirent de l’extension du Nouveau START.

« Le véritable objectif est de se débarrasser de toutes les restrictions et d’avoir carte blanche dans la recherche de la supériorité militaire sur tout adversaire, réel ou imaginaire », a déclaré Fu.

Fu a soutenu que la Chine ne « se détourne pas du processus international de désarmement nucléaire » et qu’elle est prête à discuter dans le cadre des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies de toutes les questions liées à la réduction des risques nucléaires.


Source photo : Shubing Wang pour Reuters ; rédaction par Christian Schmollinger et Lincoln Feast, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :