Des militants russes planifiant une manifestation anti-Poutine sont détenus par les autorités : l’opposition.


Deux militants russes impliqués dans une campagne contre ce qu’ils considèrent comme les plans illégaux du président Vladimir Poutine pour rester au pouvoir ont été détenus par les autorités jeudi et quatre autres ont été fouillés à leur domicile, a déclaré un groupe anti-Kremlin.

La commission d’enquête de Moscou, qui se penche sur les crimes graves, et les forces de police de la ville n’ont pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires.

Les militants avaient prévu une manifestation dans le centre de Moscou le 15 juillet, annoncée sur les médias sociaux comme « Non à un éternel Poutine ».

Un vote massif ce mois-ci a donné à Poutine le droit de se présenter pour deux autres mandats présidentiels, un résultat que le Kremlin a décrit comme un triomphe.

Les militants de l’opposition affirment que le vote était illégitime, entaché de violations et qu’il est temps pour Poutine, qui a dirigé la Russie pendant plus de deux décennies en tant que président ou premier ministre, de se retirer.

Les rassemblements de masse sont actuellement interdits dans la capitale en raison des restrictions COVID-19 et les protestations de plus d’une personne nécessitent le consentement préalable des autorités en temps normal.

Open Russia, un mouvement fondé par le critique du Kremlin Mikhail Khodorkovsky, a déclaré que ses bureaux au centre de Moscou étaient fouillés et que deux de ses employés, dont le directeur exécutif Andrei Pivovarov, avaient été arrêtés.

Andreï Pivovarov avait posté plus tôt dans la journée de jeudi un lien sur Twitter encourageant les gens à participer à la manifestation de la semaine prochaine.

Yulia Galyamina, une conseillère municipale de Moscou, a déclaré que la police était arrivée à son appartement tôt jeudi et avait menacé de démolir la porte si on ne les laissait pas entrer.

« C’est à cause de la campagne contre les réformes (constitutionnelles) », a-t-elle déclaré à Reuters. « C’est à cause de la manifestation prévue ».

Les maisons de Tatiana Usmanova et Olga Gorelik, de l’organisation Open Russia, ont également été fouillées mardi, a déclaré Open Russia.

Sergei Prostakov, rédacteur en chef de MBKh Media, un organe d’information fondé par Khodorkovsky, a également été visé par les perquisitions, a déclaré son organisation.

Alexei Navalny, une figure éminente de l’opposition, a déclaré que les perquisitions avaient pour but d’effrayer les critiques du Kremlin.

« C’est une tentative de démoraliser ceux qui sont contre Poutine et de punir publiquement ceux qui se sont opposés aux amendements de Poutine », a écrit Navalny sur Twitter.


Rédaction par Andrew Osborn, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :