La loi italienne excluant Atlantia de la reconstruction du pont n’est pas illégale : tribunal.


Un tribunal italien de haut niveau a déclaré mercredi qu’une loi excluant l’Atlantia dirigée par Benetton des travaux de reconstruction d’un pont qu’elle exploitait et qui s’est effondré en 2018, tuant 43 personnes, était légale.

Cette décision intervient alors que la pression s’accroît sur le gouvernement italien pour qu’il prenne une décision sur l’opportunité de révoquer la concession de l’unité Atlantia Autostrade per l’Italia pour l’exploitation des autoroutes en Italie.

Rome menace de retirer à Autostrade sa lucrative concession d’autoroute à péage depuis l’effondrement fatal du pont de Gênes il y a près de deux ans.

Fin 2018, le gouvernement a introduit une loi pour tenir Autostrade à l’écart de la course à la reconstruction du pont, ce qui a incité la société à faire appel de ces mesures.

Dans un communiqué publié mercredi, la Cour constitutionnelle italienne a déclaré qu’il n’était pas illégal pour le gouvernement d’exclure Autostrade des travaux de reconstruction.

« La décision du législateur de ne pas confier à Autostrade la reconstruction du pont était fondée sur la gravité exceptionnelle de la situation », a déclaré la Cour.

Une source juridique proche de l’affaire a déclaré que la décision de la cour n’avait pas d’équivalent juridique dans le conflit de concession, mais a ajouté qu’elle aurait sans aucun doute une résonance politique et médiatique.

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte, qui avait déclaré que le litige de longue date serait réglé d’ici la fin de la semaine, a déclaré que la décision du tribunal était « réconfortante » pour son gouvernement, a rapporté l’agence de presse ANSA.

Au sein de la coalition au pouvoir, le mouvement anti-establishment 5-Star a mené des appels à la révocation de la licence, tandis que son allié au pouvoir, le parti de centre-gauche PD, a appelé à la prudence, craignant une demande de compensation de plusieurs milliards contre l’Etat.

Mercredi, le leader du mouvement 5 étoiles, Vito Crimi, a déclaré que la famille Benetton ne devait plus gérer les autoroutes du pays.

Atlantia, qui est détenue à 30 % par la famille Benetton, a refusé de commenter.

Le groupe, qui a toujours nié les méfaits de la catastrophe de Gênes, a demandé à Bruxelles en juin d’intervenir en prétendant que des mesures gouvernementales avaient modifié unilatéralement le contrat de concession, sapant la valeur d’Autostrade et nuisant aux investisseurs.


Source photo : Massimo Pinca pour Reuters ; rédaction par Stephen Addison, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :