Les journalistes de la télévision brésilienne ont été mis en quarantaine, après avoir interviewé Bolsonaro infecté.


Les diffuseurs brésiliens ont retiré les journalistes de leur travail après qu’ils aient été exposés au président Jair Bolsonaro dans une interview où il a annoncé qu’il avait été testé positif pour le coronavirus, les mettant en quarantaine jusqu’à ce qu’ils soient testés négatifs pour la maladie.

Mardi, Bolsonaro a déclaré à une poignée de journalistes de télévision, à sa résidence officielle, qu’il avait été testé positif pour le nouveau coronavirus. Plusieurs ont tenu des micros devant sa poitrine, sans le minimum de 1 à 2 mètres de distance préconisé par les experts médicaux pour éviter la contagion.

Plus tard dans l’interview, le président de droite s’est éloigné des journalistes et a retiré son masque, disant qu’il voulait montrer son visage comme preuve qu’il allait bien.

Dans des déclarations séparées envoyées par courrier électronique, CNN Brasil, Record TV et la société publique Brazil Communications Company (EBC) ont déclaré qu’ils avaient retiré leurs reporters de leur travail à la suite de l’interview.

Record et EBC ont déclaré que leurs journalistes ne reprendraient le travail que s’ils étaient testés négatifs pour le virus dans les jours à venir. CNN Brasil n’a pas donné de détails sur le protocole pour ses journalistes.

Le syndicat des journalistes du district fédéral, où se trouve Brasilia, a demandé aux médias de suspendre la couverture en personne de Bolsonaro. Le président a déjà annulé les apparitions en personne, mais il continuera à utiliser les vidéoconférences.

Bolsonaro a toujours cherché à minimiser la nouvelle pandémie de coronavirus, qualifiant le virus de « petite grippe » et luttant contre les mesures de distanciation sociale de l’État et de la ville qu’il juge trop dommageables pour l’économie.

Le nouveau coronavirus a infecté plus de 1,6 million de personnes au Brésil, et plus de 66 000 sont mortes de la maladie respiratoire COVID-19 causée par le virus.

Mercredi, Bolsonaro a déclaré sur Twitter qu’il se portait « très bien », attribuant ses légers symptômes à son utilisation de l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludique dont l’efficacité dans le traitement du COVID-19 n’est pas prouvée.


Source photo : Reuters ; rédaction par Leslie Adler, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :