Srebrenica ce génocide bosniaque, triste anniversaire

Un génocide vieux de 25 ans

Les Bosniaques marquent le 25ème anniversaire du génocide de Srebrenica qui a choqué le monde.

La commémoration du massacre d’environ 8 000 hommes et garçons musulmans à Srebrenica a marqué le 25e anniversaire de meurtres qui ont choqué le monde et qui se sont révélés être la seule atrocité constitutive de génocide en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.
Les familles en deuil se tenaient près des cercueils drapés de vert de neuf victimes nouvellement identifiées qui seront enterrées dans un cimetière en forme de fleur près de la ville, où de hautes pierres tombales blanches marquent les tombes de 6 643 autres victimes.

Environ 1 000 victimes du massacre de la ville de l’est pendant la guerre de Bosnie de 1992-1995 sont toujours portées disparues.

Le monde s’exprime

Les dirigeants mondiaux ont pris la parole lors de la cérémonie solennelle par liaison vidéo, ne pouvant y assister en raison d’une épidémie de coronavirus.
Au lieu des dizaines de milliers de visiteurs qui assistent généralement à la commémoration annuelle, seuls quelques milliers sont venus après que les organisateurs aient interdit les visites organisées.

Cette guerre complexe

Pendant la guerre de Bosnie, les forces serbes bosniaques ont poussé les non-Serbes hors des territoires qu’ils cherchaient pour leur État serbe. Les musulmans en fuite se sont réfugiés dans plusieurs villes de l’Est, dont Srebrenica, qui ont été désignées comme « zones de sécurité » par les Nations Unies.
Le 11 juillet 1995, les forces serbes commandées par le général Ratko Mladic ont attaqué et envahi Srebrenica, qui était protégée par des soldats de la paix néerlandais légèrement armés.

Ils ont séparé les femmes et les enfants des hommes et les ont emmenés en bus vers le territoire contrôlé par l’armée bosniaque.
Les hommes et les garçons ont été tués, tandis que ceux qui ont tenté de s’échapper par les bois ont été capturés et exécutés.
Leurs corps ont été jetés dans des fosses communes, puis exhumés par les enquêteurs de l’ONU et utilisés comme preuves dans les procès pour crimes de guerre des dirigeants serbes de Bosnie.

« Nous sommes en deuil avec les familles qui cherchent inlassablement à obtenir justice pour les 8 000 vies innocentes perdues, toutes ces années plus tard, » a déclaré le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.
Washington a négocié l’accord de paix pour la Bosnie des mois après le massacre.

La plupart des personnes présentes à la commémoration étaient des Bosniaques musulmans, ce qui montre que la Bosnie n’est pas parvenue à la réconciliation près de 25 ans après la fin de sa guerre, au cours de laquelle environ 100 000 personnes ont été tuées.

Le tribunal des Nations unies pour les crimes de guerre en ex-Yougoslavie a condamné Mladic et son chef politique Radovan Karadzic pour le génocide de Srebrenica, mais ils sont restés des héros pour les Serbes, dont beaucoup nient qu’un génocide ait eu lieu.
Aujourd’hui, une organisation non gouvernementale appelée « Alternative orientale » a organisé dans la ville voisine de Bratunac un événement en l’honneur du 11 juillet, « Journée de la libération de Srebrenica », lorsque les meurtres de Serbes dans la région par l’armée bosniaque ont cessé.

Le président bosniaque de la présidence tripartite de BosnieSefik Dzaferovic a déclaré « Il ne peut y avoir de confiance tant que nous sommes témoins d’attaques contre la vérité, de négation du génocide et de glorification et célébration des exécuteurs ».

pour reuters Branko Filipovic et Daria Sito-Sucic

traduit par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :