Interview D’Emmanuel Macron, quel avenir pour la France

interview du 14 juillet 2020, le résumé

E.Macron :
Ce 14 juillet est particulier, il célèbre nos armées et aussi les soignants qui ont particulièrement lutté pour la nation durant la crise sanitaire.
le pays a été traumatisé, nous regardons la suite de la crise sanitaire et économique.
nous étions émus de voir ces soignants tirer le drapeau français.

« Je peux comprendre la détestation des français car j’ai laissé paraître quelqu’un que je ne suis pas, maladresses et phrases sorties de leur contexte font que le message est parfois mal passé. »
Mais pour le Président, la haine n’est pas acceptable en démocratie, il y a eu un vote démocratique
« critiques oui, mais haine et brutalité non« 

La promesse démocratique est toujours valable en constatant ce qui n’a pas fonctionné, la France a peur, nous avons des forces de division qui nous conduisent à ne plus avancer.

Journaliste :
Mr le Président,vous aviez promis d’en finir avec la division des français, ce n’est pas le cas.
réponse :
je n’y suis pas parvenu.
nous avons vécu le terrorisme et le chômage de masse,et les gilets jaunes l’ont exprimé en demandant du pouvoir d’achat, puis la pandémie, mais le plus important est que nous avons fait des réformes tambour battant, retraites écoles, santé, mais les concitoyens n’ont pas compris, et les ont trouvées injustes, mais si j’ai voulu être Président c’est pour rendre la France plus forte et plus indépendante, il faut arriver à l’excellence.

La méthode des trois premières années de mon mandat était nécessaire, on modernisait le pays mais la confiance n’est pas là, nous avons une nouvelle équipe mais on ne change pas de cap, il faut conforter le dialogue social.

Le premier ministre a été remercié car une page se tourne, on ne change pas de chemin sans changer ses acteurs
E. Philippe a œuvré comme il devait et ce n’est pas contre lui.

Journaliste :
Quelle est la différence entre E. Philippe et son remplaçant, Monsieur Castex, deux énarques de droite ?

réponse de Mr Macron :
Ils ont des histoires différentes, Jean Castex a été choisi car c’est un élu de terrain, avec une culture de dialogue social, qui connait la vie des élus locaux, la santé et les partenaires sociaux, il sera plus à l’écoute des élus locaux.
Les français demandent à être soignés et le changement doit permettre cela, qu’ils soient de droite ou de gauche
je revendique le dépassement politique pour juste prendre les meilleurs.


les violences faites aux femme

Journaliste :
Qu’en est il de la nomination d’un ministre de l’intérieur accusé de viol
réponse de Mr Macron :
1000 places ont été déployées pour les femmes, le numéro de téléphone d’urgence est généralisé, les bracelets électroniques, et pour Gérald Darmanin, les faits sont ancien et il y a la présomption d’innocence, il ne m’appartient pas d’en juger.
Il y a séparation des pouvoirs et je ne dois pas juger, il y a une relation de confiance
Je ne dois pas céder aux on dit sans preuve

La deuxième vague

sur la deuxième vague, toutes les informations vous les avez, nous somme sorti du premier pic, grâce aux soignants et aussi aux autres , aujourd’hui nous devons agir sans connaitre la suite, il y a des pays ou l’épidémie remonte,nous devons prévenir et prévoir, avec le maintien du respect des gestes barrière.

on va rendre obligatoire l’obligation du masque dans les lieux publics, peut être au 1er aout.


A l’extérieur, c’est aussi plus prudent, y compris pour les jeunes, même si il y a peu de mortalité parmi eux, mais en prenant ces risque ils peuvent transmettre le virus auturs d’eux.

Nous avons largement déployé les tests, on est en capacité de le faire, on aimerait permettre aux français d’être testés sans ordonnance.


Si une deuxième vague apparaît, nous somment prêts, nous avons les stocks et l’organisation nécessaires.


Journaliste :
si re-confinement il y a, sera t il global ou pas ?
Réponse de Mr Macron :
Je ne veux pas que ça se reproduise, isoler les régions les plus touchées serait plus judicieux, nous rechercherons toujours les personnes susceptible d’avoir eu des contacts avec les personnes atteintes.

La rentrée des classes

Elle sera la plus normale possible, avec l’accueil de tous les élèves.
Le défi est d’aller chercher les décrocheurs, les enseignants seront bien protégés ainsi que les enfants
Tut ceci sera prêt pur le Mois de septembre, sauf bien-sûr si la situation empirait au mois d’août.

La Chloroquine

Journaliste :
Si vous étiez positif prendriez vus de la chloroquine ?
Réponse :
Non, vu nôtre niveau de connaissance, rien n’est avéré sur aucun médicament, je suis rationnel, chacun son rôle la science aux chercheurs, la politique aux politiques.
Si on trouve le vaccin avec sanoffi on sera parmis les premiers traités
Il y a d’autres laboratoires partout ailleurs, si un vaccin est trouvé, on le produira en france pour nous et les Pays sous développés.

Chômage et emploi


l’insee prévoit 900 000 chômeurs de plus avant le printemps 2021, les différents secteurs ont été atteints et la crise est mondiale, il y a des plans sociaux, il faut nous organiser et nous préparer à ça.

Nous avons aidé le chômage partiel, 40% des salariés ont été concernés, il y a même eu des exonérations de charges, on rentre dans une autre phase, pour ne pas licencier trop vite, avec les syndicats, nous avons décidé de privilégier l’activité partielle dans l’entreprise, un plan anti-licenciement, mais à quel coût, on pourra donc baisser nos salaires (même de 20%) pour ne pas être licencié, mais par le dialogue, » je souhaite que cela s’accompagne par la participation au chiffre d’affaire, une baisse des dividendes, et une adaptation à chaque secteur« 

Les jeunes sont une priorité, apprentissage et alternance, il ne faut pas le perdre, on accompagne ces entreprises qui les embauches pour favoriser la formation des jeunes, et ne pas utiliser les stagiaires à la place.
Nous souhaitons une exonération des charges pour l’emploi des jeunes.
Il y a 300 000 projets d’insertion des jeunes, nous allons accélérer le service civique.
200 00 places sont aussi ouvertes dans des formations supérieures.

Les grèves et la réforme des retraites

Cette réforme ne se fera pas comme prévu, mais ne sera pas abandonnée, cette réforme est juste, avec la retraite à 1000 euro pour tous.
On se donne un peu de temps, mais il y a aussi l’aspect financier, alors la limite d’âge pourra être remise en cause, comme d’autres concessions, vendredi Jean Castex recevra les partenaires sociaux sur le sujet des retraites, avec un calendrier à mettre en place.

La priorité de la rentrée, c’est l’emploi

L’argent mis sur la table doit être financé, mais on n’augmentera pas les impôts, l’isf est transfrmé en impôt sur la fortune immobilière, on ne reviendra pas la dessus, on augmentera pas les impôts des plus riches non plus, à par peut être au niveau de la taxe d’habitation.
On a dépensé 460 milliards d’euro, et on devra encore dépenser notamment en écologie, ces investissements sont légitimes, nous envisageons des aides européennes (notamment grâce au système de la dette commune) et il y aura un retour sur investissement.

Des maires écologique ont été élus aux municipales.
il pourrait y avoir un référendum sur sur l’écologie avec de nombreux sujets à prendre en compte, ne pas mettre la fin du monde face à la fin du mois.
Une prime de rénovation est prévue, changement des vieux véhicules doit être mis en place (un programme est à mettre en place)
L’état veut aussi rénover les bâtiments publics comme les écoles et les epahd.
Le chef de l’Etat doit certes faire des efforts dans ses déplacements, mais il a des contraintes de sécurité.
Le gouvernement veut re-développer le fret ferroviaire.

Journaliste :
Vous avez beaucoup de réformes en cours à mettre en place sur plusieurs années, alors vous représenterez vous aux prochaines présidentielles.

Réponse de Mr Macron :
De toute façon nous avons des prévisions sur 10 ans.
La seule possibilité de rassurer les français passe par ces projets
pour l’élection, le peuple français est souverrain
mon devoir est de ne pas faire de calcul
.

Journaliste :
La cinquième république n’est elle pas à but de souffle ?
Réponse :
Nous subissons une crise démocratique profonde, les Français ne croient plus dans le système des gouvernements, c’est à nous de les rassurer et de redonner confiance, je veux casser le corporatisme ambiant, et lutter contre la discrimination et la défiance démocratique.
Nous remettrons aussi en avant les caméras de rue.


Nous aurons devant nous des mois difficiles
il faut reconstruire une nation démocratique forte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :