Les États-Unis rejettent les revendications de la Chine, en mer de Chine méridionale, ce qui ajoute aux tensions.


Lundi, les États-Unis ont rejeté les revendications de la Chine sur les ressources offshore dans la plus grande partie de la mer de Chine méridionale, attirant les critiques de la Chine qui a déclaré que la position américaine augmentait les tensions dans la région, mettant en évidence une relation de plus en plus irritante.

La Chine n’a offert aucune base juridique cohérente pour ses ambitions dans la mer de Chine méridionale et, depuis des années, elle a recours à l’intimidation contre d’autres États côtiers de l’Asie du Sud-Est, a déclaré le secrétaire d’État américain Mike Pompeo dans un communiqué.

« Nous sommes clairs : les revendications de Pékin sur les ressources offshore de la plus grande partie de la mer de Chine méridionale sont totalement illégales, tout comme sa campagne d’intimidation pour les contrôler », a déclaré Pompeo, un faucon chinois bien connu au sein de l’administration Trump.

Les États-Unis s’opposent depuis longtemps aux vastes revendications territoriales de la Chine sur la mer de Chine méridionale, en envoyant régulièrement des navires de guerre dans cette voie d’eau stratégique pour y démontrer leur liberté de navigation. Les commentaires de lundi reflètent un ton plus dur.

« Le monde ne permettra pas à Pékin de traiter la mer de Chine méridionale comme son empire maritime », a déclaré Pompeo.

La déclaration américaine soutient une décision prise il y a quatre ans en vertu de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer qui a invalidé la plupart des revendications de la Chine en matière de droits maritimes dans la mer de Chine méridionale.

Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a condamné le rejet par les États-Unis de la revendication de la Chine.

Il a déclaré lors d’une réunion d’information régulière : « Cela suscite intentionnellement une controverse sur les revendications de souveraineté maritime, détruit la paix et la stabilité régionales et constitue un acte irresponsable ».

« Les États-Unis ont envoyé à plusieurs reprises de grandes flottes d’avions et de navires militaires sophistiqués dans la mer de Chine méridionale… Les États-Unis sont les fauteurs de troubles et les destructeurs de la paix et de la stabilité régionales ».

Le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi, dans un appel vidéo avec son homologue philippin, a condamné les États-Unis pour avoir semé la discorde entre la Chine et les pays de l’ASEAN et a exhorté les Philippines à « regarder vers l’avant, et non vers l’arrière ».

La décision de 2016 à laquelle la déclaration américaine fait référence est le résultat de la contestation par les Philippines des revendications de la Chine devant un tribunal d’arbitrage.

La Chine revendique 90% de la mer de Chine méridionale, potentiellement riche en énergie, mais Brunei, la Malaisie, les Philippines, Taiwan et le Vietnam en revendiquent également certaines parties.

Environ 3 000 milliards de dollars de commerce passent par la voie navigable chaque année. La Chine a construit des bases au sommet des atolls de la région, mais affirme que ses intentions sont pacifiques.

Les analystes ont déclaré qu’il serait important de voir si d’autres nations adoptent la position américaine et ce que, le cas échéant, Washington pourrait faire pour renforcer sa position et empêcher Pékin de créer des « faits sur l’eau » pour étayer ses revendications.

« Les demandeurs d’Asie du Sud-Est, en particulier le Vietnam, se sentiront plus confiants pour faire valoir leurs droits juridictionnels en vertu de la CNUDM », a déclaré Ian Storey, chercheur principal à l’ISEAS-Yusof Ishak Institute à Singapour.

Les Philippines ont fermement soutenu un ordre fondé sur des règles dans la mer de Chine méridionale et ont exhorté la Chine à se conformer à la décision d’arbitrage, vieille de quatre ans, a déclaré son ministre de la défense, Delfin Lorenzana.

Taiwan a accueilli favorablement la déclaration des États-Unis.

« Notre pays s’oppose à toute tentative d’un État demandeur d’utiliser l’intimidation, la coercition ou la force pour résoudre les différends », a déclaré à la presse Joanne Ou, porte-parole du ministère des affaires étrangères de Taiwan.

L’agence de presse nord-coréenne KCNA, gérée par l’État, a cité un fonctionnaire du ministère des affaires étrangères qui a qualifié les commentaires de Pompeo d' »imprudents ».

Les relations entre les États-Unis et la Chine sont devenues de plus en plus tendues récemment sur diverses questions, notamment la gestion par la Chine du nouveau coronavirus et son emprise accrue sur Hong Kong.

La Chine souligne régulièrement la portée de ses revendications dans la mer de Chine méridionale en se référant à une ligne dite de neuf tirets sur ses cartes qui englobe environ les neuf dixièmes des 3,5 millions de kilomètres carrés d’eaux.

« C’est la première fois que nous la qualifions d’illégitime », a déclaré Chris Johnson, un analyste du Centre d’études stratégiques et internationales, à propos de la déclaration de Pompeo.

« C’est bien de faire une déclaration, mais qu’allez-vous faire à ce sujet ? »


Source photo : Christopher Bosch/Aide pour Reuters ; rédaction par Leslie Adler, Lincoln Feast, Robert Birsel, William Maclean, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :