Les frappes aériennes tuent des civils dans la province d’Al-Jawf au Yémen, disent les habitants.


Les frappes aériennes sur la province d’Al-Jawf, dans le nord du Yémen, ont tué au moins sept civils mercredi, selon les habitants et un responsable du mouvement Houthi. C’est le troisième incident de ce type depuis juin, alors que la violence reprend dans ce pays ravagé par la guerre.

Le porte-parole du ministère de la santé Houthi a déclaré que les raids aériens d’une coalition dirigée par les Saoudiens ont frappé des maisons résidentielles dans le district d’Al-Hazm, tuant neuf personnes dont deux enfants et deux femmes. Deux résidents ont déclaré à Reuters que sept personnes avaient été tuées.

Le porte-parole de la coalition, le colonel Turki Al-Malki, a déclaré à Reuters que les rapports feront l’objet d’une enquête : « Nous prenons ce rapport très au sérieux et il fera l’objet d’une enquête approfondie, comme tous les rapports de cette nature, en utilisant un processus indépendant approuvé au niveau international. »

L’alliance est intervenue au Yémen en mars 2015, peu après que le mouvement Houthis aligné sur l’Iran ait chassé le gouvernement soutenu par les Saoudiens du pouvoir dans la capitale Sanaa.

La violence a repris depuis l’expiration, fin mai, d’un cessez-le-feu temporaire provoqué par la pandémie de coronavirus. Les Houthis ont organisé à plusieurs reprises des attaques de missiles et de drones sur des villes saoudiennes et la coalition a riposté par des frappes aériennes.

Au début de cette semaine, les Houthis ont lancé des missiles et des drones sur les villes frontalières saoudiennes en réponse à des frappes aériennes qui ont tué 10 civils dans la région de Hajjah. La coalition a ensuite déclaré qu’elle allait enquêter sur cette affaire.

En juin, une frappe aérienne a tué au moins 12 personnes, dont quatre enfants, dans la province de Saada, selon les Houthis et un responsable de l’ONU. La coalition a déclaré qu’elle avait frappé un véhicule transportant des combattants houthis armés.

Le mois dernier, les Nations unies ont retiré la coalition soutenue par l’Occident de la liste noire de l’ONU plusieurs années après qu’elle ait été accusée pour la première fois d’avoir tué et blessé des enfants au Yémen.

Le conflit, largement considéré dans la région comme une guerre par procuration entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, a tué plus de 100 000 personnes et provoqué ce que les Nations Unies décrivent comme la plus grande crise humanitaire au monde. Les Houthis disent qu’ils luttent contre un système corrompu.


Source photo : Sanaa / Mohamed al-Samaï pour AA ; rédaction par Ghaida Ghantous, pour Reuters ; édité et traduit par,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :