La Corée du Sud a besoin de plus d’hôpitaux publics pour lutter contre les maladies infectieuses

La Corée du Sud doit se préparer à d’éventuelles épidémies de maladies infectieuses plus graves que la COVID-19 et à des directives de traitement détaillées, car les risques de telles épidémies plus fréquentes augmentent et les lits de malades publics restent réduits, a déclaré un haut responsable du gouvernement.

Le succès précoce de la Corée du Sud pour apprivoiser le nouveau coronavirus grâce à une recherche agressive des contacts et à des tests a été salué par les experts en maladies du monde entier comme la référence en matière de contrôle efficace des maladies infectieuses.

L’intervention précoce de l’État a permis de limiter les infections communautaires généralisées et a aidé les hôpitaux à garder des lits de malades disponibles pour les patients gravement atteints.

Mais son taux extrêmement faible de lits d’hôpitaux publics – seulement 10 % du total – reste un point faible potentiel, car le pays continue à lutter contre des épidémies petites mais persistantes et les travailleurs de santé publique de première ligne souffrent d’épuisement professionnel après plus de six mois de traitement des patients atteints de COVID-19.

« Je pense que nous verrons davantage d’épidémies de ce type, qui sont plus hautement transmissibles et plus mortelles », a déclaré à Reuters le Dr Kim Yong-ik, président du Service national d’assurance maladie (NHIS).

« Nous devons nous préparer en effectuant des exercices de simulation sur différents scénarios : comment changer les hôpitaux existants, où envoyer le personnel médical, ou comment classer les patients ».

En 2017, la Corée du Sud occupait le deuxième rang, après le Japon, pour le nombre de lits d’hôpitaux, avec 12,3 lits pour 1 000 habitants, soit le double de la moyenne de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui est de 4,7, selon un rapport de l’OCDE.

Mais les lits d’hôpitaux publics ne représentent que 10 % du total, bien en dessous des pays les plus avancés : selon le NHIS, ce taux est de 100 % en Grande-Bretagne, 63 % en France, 26 % au Japon et 25 % aux États-Unis.

Kim a déclaré qu’il fallait davantage d’hôpitaux publics et de personnel pour éviter une résurgence à l’approche de l’hiver.

« Une intervention précoce de l’État a permis de contenir la propagation du virus, mais les choses pourraient empirer lorsque la saison hivernale commencera et il est très important que les travailleurs de la santé ne soient pas épuisés avant cela », a déclaré Kim.

Kim Dae-ha, un porte-parole de l’Association médicale coréenne qui représente tous les médecins de Corée du Sud, a déclaré que la faible proportion de lits de malades et de médecins publics n’a pas été un problème car les cliniques privées ont autant d’influence que les cliniques publiques.

« Les efforts de la Corée du Sud (pour réprimer le COVID-19) ont été qualifiés de succès, malgré le manque de structures médicales publiques.
Cette évaluation prouve que les hôpitaux et les médecins privés sont sans égal », a-t-il déclaré à Reuters.

Plutôt que d’investir dans des médecins dans des domaines spécifiques pour les hôpitaux publics, il est plus efficace de soutenir les médecins et hôpitaux privés existants, a-t-il ajouté.

L’assurance maladie nationale de Corée du Sud, qui couvre l’ensemble des 50 millions d’habitants, a dépensé jusqu’à présent 132 milliards de wons (109 millions de dollars) pour traiter les patients atteints de COVID-19 et ce montant devrait dépasser les 200 milliards de wons cette année, selon le NHIS.

Cela équivaut à 3 600 dollars pour un patient léger et à 10 000 dollars pour un patient grave, dont le traitement peut coûter jusqu’à 58 000 dollars.

Le pays a signalé un total de 13 551 cas confirmés et 289 décès, soit un chiffre nettement inférieur à celui de la plupart des pays.

pour reuters Sangmi Cha

traduit par

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :